bijoux-contraceptifs-plus-faciles-à-utiliser
Les patchs contraceptifs sont sur le marché depuis des décennies, mais pour fonctionner correctement, ils nécessitent généralement une routine assez stricte afin de les appliquer tous les jours et de ne jamais les oublier. L’équipe de Georgia Tech a donc pensé à les intégrer à des bijoux pour rendre cette routine plus facile, en particulier pour certaines femmes qui portent déjà des bijoux. En même temps, cela permet de les cacher par exemple sous une montre ou anneau sur les doigts.

Des bijoux contraceptifs

« Plus il y aura d’options pour les contraceptifs et plus grandes sont les possibilités que les femmes soient satisfaites », a déclaré Mark Prausnitz, auteur de cette étude. « Parce que porter des bijoux peut déjà faire partie du quotidien d’une femme, cette technique peut faciliter l’utilisation des médicaments. De plus cette technique pourrait permettre à certaines femmes de prévenir plus efficacement les grossesses non désirées. »
Le médicament contraceptif, le lévonorgestrel, est chargé dans un petit patch qui comporte un adhésif d’un côté pour le coller derrière les bijoux et un adhésif pour la peau de l’autre côté. Ceci est ensuite attaché à la partie d’un bijou qui entre en contact avec la peau, où il peut libérer lentement les hormones dans le sang au fil des heures.
montre-contraceptif-femme
Les patchs eux-mêmes sont conçus pour être universels, fonctionnant essentiellement avec n’importe quel bijou. Cela dit, l’équipe a fait remarquer que cette méthode fonctionnait mieux pour les bijoux comme les boucles d’oreilles et les montres, qui demeurent pressées contre la peau durant toute la journée. Mais des bagues de fiançailles ou d’autres sortes de bagues peuvent également fonctionner.

Les chercheurs ont testé leurs contraceptifs sur des porcs et des rats

Pour tester les bijoux contraceptifs, les chercheurs ont collé des patchs de 1 cm carré sur le dos des boucles d’oreilles et les ont insérés dans les oreilles des porcs. Après que cela ait fait ils ont trouvé que le médicament avait passé dans le sang des animaux avec succès à travers la peau. L’équipe a ensuite expérimenté ce système avec des rats sans poils. Ils ont porté des bijoux pendant 16 heures avant d’être retirées pendant huit heures, afin de simuler le retrait des bijoux par les femmes durant la nuit.
L’équipe a constaté que les niveaux de lévonorgestrel restaient bien au-dessus du niveau de contraception chez l’homme au cours de cette période. Même au cours des séances de huit heures au cours desquelles les patchs ont été retirés, ces niveaux ont nettement baissé mais sont restés suffisamment élevés pour qu’ils puissent faire leur travaille.

La prochaine étape sera de tester ce système sur des humains

Les prochaines étapes pour l’équipe sont de tester ce système sur des humains. Que les femmes veuillent ou non les utiliser est un autre problème, mais comme le disent les chercheurs, avoir plus d’options est une bonne chose. « Nous devons comprendre non seulement l’efficacité et la rentabilité des bijoux contraceptifs, mais également les facteurs sociaux et personnels qui entrent en jeu pour les femmes du monde entier », a déclaré Prausnitz.
Bien que les patchs sur des bijoux puissent être pratiques pour certaines personnes, d’autres conceptions de patchs contraceptifs semblent plus pratiques en général. Il y a quelques mois à peine, certains membres de la même équipe avaient présenté un timbre contraceptif à micro-aiguille qui ne devait être appliqué que pendant cinq secondes, une fois par mois.
Cette recherche a été publiée dans le Journal of Controlled Release.
Source : Georgia Tech
Crédit photo sur Unsplash : Alvin MahmudovChristy Ash