Les effets du changement climatique et le suicide

, Société https://farm8.staticflickr.com/7876/47511074141_a6616485b1_o.jpg https://farm8.staticflickr.com/7876/47511074141_a6616485b1_o.jpg Technologie Média 0 https://technologiemedia.net/2019/04/01/les-effets-du-changement-climatique-et-le-suicide/#respond
753

suicide-changement-climatique

Aussi étrange que cela puisse paraître, les effets du changement climatique auraient un impact sur les taux de suicides dans la population. En effet, par temps chaud, les taux de suicide augmentent, ce qui suscite des inquiétudes quant à la hausse du nombre de suicides alors que le monde continue de se réchauffer. Mais les chercheurs offrent un peu d’espoir si les gaz à effet de serre sont maîtrisés.

Le changement climatique augmenterait les taux de suicide

À mesure que les températures mondiales augmentent, les effets du changement climatique sur la santé mentale deviennent de plus en plus évidents. Des recherches récentes ont établi un lien entre les températures élevées et une augmentation de la violence, du stress et une diminution de la fonction cognitive, entraînant des impacts tels que des scores réduits aux tests, une baisse de la productivité des travailleurs et une prise de décision altérée.

Une étude menée à Stanford par l’économiste Marshall Burke a également révélé un lien entre l’augmentation des températures et les taux de suicide. Cette recherche, publiée dans Nature Climate Change, a conclu que jusqu’à 21 000 suicides supplémentaires se produiront d’ici 2050 aux États-Unis et au Mexique si un changement climatique non atténué continuait de réchauffer la Terre aux taux actuellement projetés.

Le suicide est l’une des 10 principales causes de décès aux États-Unis. Contrairement aux autres causes principales – notamment les maladies cardiaques, le cancer, les homicides et les blessures non intentionnelles – les taux de suicide ont augmenté plutôt que diminué.

Bien qu’il y ait eu une tendance notable d’augmentation des taux de suicide au cours des mois les plus chauds, il était jusqu’à présent difficile d’attribuer cette augmentation aux changements de température, car d’autres facteurs tels que la durée du jour et les modèles sociaux varient également.

Ils ont analysé plus d’un demi-milliard de tweets 

Burke et son équipe ont surmonté ces obstacles en rassemblant et en examinant des décennies de données sur la température et les suicides sur des milliers de comtés américains et de municipalités mexicaines. Pour compléter les données, ils ont également analysé plus d’un demi-milliard de tweets sur Twitter et ont recherché un message signalant un état d’esprit négatif.

Ils ont constaté que les températures supérieures à la moyenne augmentaient les taux de suicide et l’utilisation d’un message dépressif sur Twitter. Ils ont également conclu que le statut socioéconomique avait peu ou pas d’impact, ce qui signifie que la richesse ne permet pas d’isoler les populations du risque de suicide.

«Une affirmation que vous entendez souvent, c’est que ce sont les personnes défavorisées sur le plan socioéconomique qui vont être touchées par le changement climatique. Nos résultats suggèrent qu’au moins dans le cas de la santé mentale, les impacts vont se répercuter sur la distribution des revenus et pourraient toucher n’importe lequel d’entre nous », a déclaré Burke.

Ils ont utilisé des modèles climatiques mondiaux 

Son équipe et lui-même ont ensuite utilisé des projections de modèles climatiques mondiaux pour prédire comment les futures températures pourraient affecteront les taux de suicide. Ils ont constaté que le changement climatique pouvait augmenter les taux de suicide de 1,4% aux États-Unis et de 2,3% au Mexique d’ici 2050.

Compte tenu de ce fardeau global croissant pour la santé, les chercheurs affirment que même des changements minimes dans les taux de suicide dus au changement climatique pourraient entraîner des coûts humains élevés. De plus, si des relations similaires sont vraies dans d’autres pays, où les taux de suicide sont parfois même plus élevés qu’aux États-Unis et au Mexique, l’évolution de la charge de la santé qui y est associée peut être beaucoup plus importante.

Ne pas ignorer ces preuves

«Il est clair que le climat n’est pas le seul facteur affectant la santé mentale et de nombreuses approches pour faire face au défi croissant de la santé mentale n’auront rien à voir avec le climat», a déclaré Burke. « Mais nous trouvons des preuves évidentes qu’un réchauffement climatique va exacerber le fardeau d’une mauvaise santé mentale. Ignorer ces preuves causera des torts inutiles et de l’angoisse à beaucoup d’individus et de familles dans notre pays et ailleurs. »

Source : Stanford University
Crédit photo sur Unsplash : Ian Espinosa

https://farm8.staticflickr.com/7876/47511074141_a6616485b1_o.jpg