Une protéine qui empêche la peau de vieillir

biothechnologie https://farm8.staticflickr.com/7927/32589754947_e82b074089_o.jpg https://farm8.staticflickr.com/7927/32589754947_e82b074089_o.jpg Technologie Média 0 https://technologiemedia.net/2019/04/03/une-proteine-qui-empeche-la-peau-de-vieillir/#respond
473

peau-protéine-jeune

La beauté n’est peut-être qu’une perception subjective, mais pour ceux qui se demandent comment garder leur peau jeune, des scientifiques ont peut-être trouvé une réponse sous la forme d’une protéine qui encourage la compétition cellulaire.

Une protéine qui garde la peau jeune

Le nom de la protéine COL17A1 ne sonne peut-être pas comme une fontaine de jouvence, mais une nouvelle étude suggère qu’elle permet de garder la peau intacte et jeune. Elle agit en encourageant la compétition cellulaire, un processus-clé pour maintenir la forme des tissus. Cela « chasse » efficacement les cellules plus faibles tout en encourageant la réplication de cellules plus fortes.

Mais le vieillissement entraîne l’épuisement de la protéine COL17A1, tout comme les rayons UV. Et lorsque cela se produit, les cellules plus faibles se répliquent, laissant la peau plus fine, plus sujette aux dommages et plus lente à se cicatriser.

Une recherche publiée dans la revue Nature est basée sur des recherches utilisant des queues de souris, qui partagent bon nombre des mêmes caractéristiques que la peau humaine.

Deux composés qui stimulent la protéine COL17A1

Après avoir confirmé l’importance de COL17A1, l’équipe a décidé d’étudier la possibilité de stimuler cette protéine une fois celle-ci épuisée, en recherchant efficacement des composés capables de relancer le processus anti-âge de la peau. Ils ont isolé deux composés chimiques – l’Y27632 et l’apocynine – et les ont testés sur des cellules de la peau, avec des résultats positifs.

« L’application de ces médicaments sur des plaies cutanées a considérablement favorisé la réparation des plaies », selon les auteurs de l’étude. « Ces deux composés suggèrent des moyens de « faciliter la régénération de la peau et de ralentir son vieillissement », expliquent les auteurs.

Les deux professeurs de l’Université du Colorado à l’origine de cette découverte ont déclaré que la concurrence entre les cellules n’avait auparavant fait l’objet que de nombreuses études sur les mouches à fruits.

Cette recherche « prouve que les cellules saines des mammifères peuvent également se reproduire efficacement en tissu chez les adultes, remplaçant ainsi les cellules impropres ou endommagées », ont écrit les professeurs Ganna Bilousova et James DeGregori.

Inverser le vieillissement dans d’autres organes

Cette recherche offre une « preuve de concept » selon laquelle ces deux composés chimiques pourraient lutter contre le vieillissement. « De futures études sont nécessaires pour déterminer les mécanismes exacts de la concurrence cellulaire dans d’autres tissus et pour identifier des composés capables d’inverser le vieillissement dans d’autres organes », ont déclaré ces deux chercheurs.

Source : AFP
Crédit photo sur Unsplash : freestocks

https://farm8.staticflickr.com/7927/32589754947_e82b074089_o.jpg