causes-génétiques-mauvais-sommeil
La plus grande étude génétique du genre à avoir utilisé des données d’accéléromètre pour examiner notre sommeil a révélé un certain nombre d’éléments de notre code génétique qui pourraient être responsables de la qualité et de la durée médiocres du sommeil.

La qualité du sommeil serait lié à une variante du gène PDE11A

La collaboration internationale, dirigée par l’Université d’Exeter et publiée dans Nature Communications, a permis de trouver 47 liens entre notre code génétique et la qualité, la quantité et l’horaire de notre sommeil. Ils incluent dix nouveaux liens génétiques avec la durée du sommeil et 26 avec la qualité du sommeil.
Cette étude financée par le Medical Research Council a examiné les données de 85 670 participants de l’UK Biobank et de 5 819 personnes issues de trois autres études, portant des accéléromètres – des dispositifs portés au poignet (similaires à un Fitbit) qui enregistrent les niveaux d’activité en continu.
Ils ont porté les accéléromètres de manière continue pendant sept jours, fournissant des données plus détaillées sur le sommeil que les études précédentes, qui reposaient sur des personnes qui rendaient compte de leurs propres habitudes de sommeil.
Parmi les régions génomiques découvertes se trouve un gène appelé PDE11A. L’équipe de recherche a découvert qu’une variante peu commune de ce gène n’affectait pas seulement la durée de votre sommeil, mais également la qualité du sommeil. Ce gène a déjà été identifié comme cible potentielle pour le traitement des personnes atteintes de troubles neuropsychiatriques associés à la stabilité de l’humeur et aux comportements sociaux.
Cette étude a également révélé que, chez les personnes ayant le même tour de hanches, un tour de taille plus élevé entraînait moins de temps de sommeil, bien que l’effet soit très faible: environ 4 secondes de sommeil en moins par cm d’augmentation de la taille chez une personne dont le tour de hanches moyen avoisinait les 100 cm.

La qualité du sommeil est également liée à la production de sérotonine 

L’équipe comprenait des collègues du Center for Sleep et de la neurobiologie circadienne en Pennsylvanie, du Massachusetts General Hospital, ainsi que des Pays-Bas, de la France et de la Suisse. Ils ont découvert que, collectivement, les régions génétiques liées à la qualité du sommeil étaient également liées à la production de sérotonine – un neurotransmetteur associé à des sentiments de bonheur et de bien-être. La sérotonine est connue pour jouer un rôle-clé dans les cycles du sommeil et est théorisée pour aider à favoriser un sommeil plus profond et plus reposant.
Le Dr Andrew Wood, auteur principal de la faculté de médecine de l’Université d’Exeter, a déclaré: «nous savons que dormir suffisamment améliore notre santé et notre bien-être, mais nous en savons encore relativement peu sur les mécanismes de notre corps qui influencent notre sommeil. Les changements dans la qualité, la quantité et la synchronisation du sommeil sont fortement associés à plusieurs maladies humaines telles que le diabète et l’obésité, ainsi que des troubles psychiatriques.

De nouveaux traitements pour améliorer le sommeil 

L’auteur principal, le Dr Samuel Jones, de la faculté de médecine de l’Université d’Exeter, a déclaré: «cette étude identifie des variantes génétiques influant sur les caractéristiques du sommeil et fournira de nouvelles informations sur le rôle moléculaire du sommeil chez l’homme. Cela fait partie d’un travail émergent qui pourrait un jour aider au développement de nouveaux traitements pour améliorer notre sommeil et notre santé en général.  »
Le groupe a également trouvé d’autres preuves que le syndrome des jambes sans repos était lié à un sommeil plus médiocre dû à des variantes génétiques qu’ils ont trouvées associées à des mesures du sommeil dérivées des données de l’accéléromètre.
Source : University of Exeter
Crédit photo sur Unsplash : Adi Goldstein

Les causes génétiques du manque de sommeilmartinBiologie
La plus grande étude génétique du genre à avoir utilisé des données d'accéléromètre pour examiner notre sommeil a révélé un certain nombre d'éléments de notre code génétique qui pourraient être responsables de la qualité et de la durée médiocres du sommeil. La qualité du sommeil serait lié à une variante...