Une nouvelle bactérie se nourrit de méthane dans l’atmosphère

Pas de commentaire
Changement Climatique https://live.staticflickr.com/7859/40611014993_73778945cf_o.jpg https://live.staticflickr.com/7859/40611014993_73778945cf_o.jpg Technologie Média 0 https://technologiemedia.net/2019/04/10/une-nouvelle-bacterie-se-nourrit-de-methane-dans-latmosphere/#respond
624

bactérie-méthane-nouvelle-sorte

Bien que ce ne soit pas le gaz à effet de serre le plus abondant, le méthane est certainement le plus puissant pour capter la chaleur dans l’atmosphère. Ainsi, en dépit du fait que sa concentration atmosphérique soit bien inférieure à celle du CO2, il demeure non négligeable par sa simple présence. Les scientifiques européens ont maintenant fait une percée importante dans ce domaine, en isolant une bactérie jusque-là inconnue et qui semble avoir un appétit vorace pour ce gaz.

Une bactérie pour retirer de l’air le méthane

Les superbes capacités de piégeage des radiations du méthane le rendent environ 25 à 30 fois plus puissant que le CO2 en tant que gaz à effet de serre, et sa propagation continue de s’étendre. Nous savons que cela peut provenir de la combustion de biomasse et des fuites de gaz. Nous avons appris récemment que les réservoirs dans le monde émettaient 25% de méthane de plus par rapport aux prévisions précédentes.

Les vaches sont une source bien connue de méthane et nous avons assisté à un certain nombre de projets de recherche intéressants visant à réduire leurs émissions. Cela inclut de modifier leur régime alimentaire pour y incorporer des algues ou des feuilles tropicales qui perturbent l’intestin qui produit du méthane, avec des résultats relativement prometteurs.

Mais que faire du méthane déjà présent dans l’atmosphère? Les scientifiques savent depuis un certain temps qu’il existe dans le sol des microbes consommateurs de méthane, qui agissent comme des puits de méthane naturels et jouent un rôle important dans l’équilibrage de l’effet de gaz à effet de serre.

Mais le méthane existe dans des concentrations beaucoup plus faibles dans l’atmosphère que dans le sol, alors pourrait-il y avoir des microbes suffisamment affamés pour ne subsister que par les traces retrouvées dans l’air? Les scientifiques soupçonnaient qu’il y en avait, mais ce n’est que maintenant qu’ils ont été en mesure de les identifier, décrivant une bactérie appelée Methylocapsa gorgona, qui semble ne nécessiter que de l’air pour prospérer et peut éliminer plusieurs polluants notamment du méthane.

Elle peut également fixer l’azote

« La bactérie, Methylocapsa gorgona, a surpris plusieurs scientifiques de notre groupe. Elle est extrêmement polyvalente et peut non seulement gagner de l’énergie et du carbone pour la production de biomasse à partir du méthane dans l’air, comme nous l’avons montré avec l’aide du NanoSIMS de l’Université de Vienne, mais aussi fixer l’azote dans l’air « , explique Michael Wagner de l’Université de Vienne et auteur de l’étude.

Le monoxyde de carbone et l’hydrogène étaient d’autres gaz à intégrer au métabolisme de cette bactérie. Les scientifiques ont non seulement identifié ce microbe, mais ils ont également mis au point une technique permettant de le cultiver en laboratoire, qui, selon eux, pourrait être utilisée pour développer des organismes similaires.

Un nouveau moyen de réduire un gaz à effet de serre

Bien que l’identification et la réplication de ce microbe et le traitement du problème extrêmement complexe du changement climatique constituent un énorme pas en avant, les scientifiques ont maintenant un nouveau moyen de poursuivre leurs efforts pour enrayer le méthane de l’air, et à court terme, écrivent-ils, une meilleure compréhension des microbes constituant des puits de méthane nous permettra de mieux préserver leur capacité de piégeage de ce gaz naturel.

Cette découverte a été publiée dans Proceedings of the National Academy of Sciences.

Source : University of Vienna
Crédit photo sur Unsplash : Pero Kalimero

https://live.staticflickr.com/7859/40611014993_73778945cf_o.jpg

0 thoughts on “Une nouvelle bactérie se nourrit de méthane dans l’atmosphère”

Écrivez ou commentez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *