La toute première image d’un trou présentée au monde entier

Espace https://live.staticflickr.com/7909/33706198698_09d33d978c_o.jpg https://live.staticflickr.com/7909/33706198698_09d33d978c_o.jpg Technologie Média 0 https://technologiemedia.net/2019/04/11/la-toute-premiere-image-dun-trou-presentee-au-monde-entier/#respond
985

première-image-trou-noir

Les astronomes ont pris la toute première image d’un trou noir situé dans une galaxie lointaine. Il mesure 40 milliards de kilomètres – soit trois millions de fois la taille de la Terre – et a été décrit par les scientifiques comme « un monstre ». Ce trou noir se situe à 500 millions de milliards de kilomètres et a été photographié par un réseau de huit télescopes à travers le monde.

La première image d’un trou noir

Les détails ont été publiés aujourd’hui dans Astrophysical Journal Letters. Il a été capturé par le l’Event Horizon Telescope (EHT), un réseau de huit télescopes reliés entre eux. Le professeur Heino Falcke, de l’université Radboud aux Pays-Bas, qui a proposé l’expérience, a déclaré que ce trou noir avait été découvert dans une galaxie appelée M87.

« Ce que nous voyons est plus grand que la taille de notre système solaire », a-t-il déclaré. « Il a une masse de 6,5 milliards de fois celle du Soleil. Et c’est l’un des trous noirs les plus lourds que nous croyons exister. C’est un monstre absolu, le champion poids lourd des trous noirs de l’Univers. »

L’image montre un « anneau de feu » intensément brillant, comme le décrit le professeur Falcke, entourant un trou noir parfaitement circulaire. Le halo lumineux est causé par la chute de gaz surchauffé dans le trou noir. La lumière est plus brillante que tous les milliards d’autres étoiles de la galaxie combinées – c’est pourquoi elle peut être vue à une telle distance de la Terre. Le bord du cercle noir au centre est le point où le gaz entre dans le trou noir, qui est un objet qui a une force d’attraction gravitationnelle aussi grande que même la lumière ne peut s’y échapper.

Selon le Dr Ziri Younsi, de l’University College London – qui fait partie de la collaboration de l’EHT, cette image correspond à ce à quoi les physiciens théoriciens et les réalisateurs hollywoodiens auraient pensé. « Bien que ce soient des objets relativement simples, les trous noirs soulèvent certaines des questions les plus complexes sur la nature de l’espace et du temps, et finalement sur notre existence », a-t-il déclaré.

« Il est remarquable que cette image que nous observons soit si semblable à celle que nous obtenons à partir de nos calculs théoriques. Jusqu’à présent, il semble qu’Einstein ait à nouveau raison. » Mais la première image permettra aux chercheurs d’en savoir plus sur ces objets mystérieux. Ils seront enthousiastes à la recherche de solutions pour que ce trou noir s’écarte de ce que l’on attend de la physique. Personne ne sait vraiment comment l’anneau lumineux autour du trou est créé. La question de ce qui se passe lorsqu’un objet tombe dans un trou noir est encore plus étrange et incompris.

Le réseau EHT

La National Science Foundation et des agences d’Asie de l’Est se associées pour financer ce projet à hauteur de plus de 40 millions de livres sterling. C’est un investissement qui a été justifié avec la publication de cette image. Le professeur Falcke explique qu’il estimait que « c’est une mission accomplie. Le voyage a été long, mais c’est ce que je voulais voir de mes propres yeux. Je voulais savoir si c’était réel? »

Aucun télescope n’était assez puissant pour photographier ce trou noir. Ainsi, dans le cadre de la plus grande expérience de ce type, le professeur Sheperd Doeleman du Centre d’astrophysique Harvard-Smithsonian a dirigé un projet visant à mettre en place un réseau de huit télescopes reliés. Ensemble, ils forment le télescope l’Event Horizon (EHT).

Chacun est situé en hauteur dans une variété de sites exotiques, notamment sur les volcans d’Hawaï et du Mexique, les montagnes de l’Arizona et la Sierra Nevada espagnole, dans le désert d’Atacama au Chili et en Antarctique. Une équipe de 200 scientifiques a dirigé les télescopes en réseau vers M87 et a balayé son cœur pendant 10 jours.

Les informations recueillies étaient trop importantes pour pouvoir être envoyées sur internet. Au lieu de cela, les données ont été stockées sur des centaines de disques durs qui ont été acheminés vers des centres de traitement centraux à Boston, aux États-Unis, et à Bonn, en Allemagne, pour rassembler les informations. Le professeur Doeleman a qualifié cet exploit scientifique « d’extraordinaire ».

« Nous avons réalisé quelque chose présumé impossible il y a à peine une génération », a-t-il déclaré. « Les avancées technologiques, les connexions entre les meilleurs observatoires radios du monde et des algorithmes innovants se sont tous combinés pour ouvrir une toute nouvelle fenêtre sur les trous noirs. »

L’équipe s’intéresse aussi au trou noir au centre la Voie Lactée

L’équipe est également en train d’imager le trou noir supermassif au centre de notre propre galaxie, la Voie lactée. Aussi étrange que cela puisse paraître, c’est plus difficile que d’obtenir une image d’une galaxie lointaine à 55 millions d’années-lumière. En effet, pour une raison inconnue, le « cercle de feu » autour du trou noir au cœur de la Voie Lactée est plus petit et plus sombre.

Qu’est-ce qu’un trou noir?

  • Un trou noir est une région de l’espace où rien, pas même la lumière, ne peut s’échapper.
  • Malgré leur nom, ils ne sont pas vides, mais consistent en une énorme quantité de matière dense dans un très petit espace, ce qui lui confère une immense attraction gravitationnelle.
  • Il existe une région de l’espace au-delà du trou noir appelée horizon des événements. C’est un « point de non-retour », au-delà duquel il est impossible d’échapper aux effets gravitationnels du trou noir

Source: MIT
Crédit photo : capture d’écran

https://live.staticflickr.com/7909/33706198698_09d33d978c_o.jpg