Un nouveau médicament antidépresseur semblable à la kétamine

biothechnologie https://live.staticflickr.com/65535/47637474341_40c750fa5d_b.jpg https://live.staticflickr.com/65535/47637474341_40c750fa5d_b.jpg Technologie Média 0 https://technologiemedia.net/2019/04/18/un-nouveau-medicament-antidepresseur-semblable-a-la-ketamine/#respond
714

la-dépression-médicament-comme la kétamine

La semaine dernière nous avons publié un article sur les effets de la kétamine sur le cerveau des gens dépressifs. Maintenant il semble que cette molécule soit sur le point de devenir un véritable médicament.

Un antidépresseur semblable à la kétamine

En effet, une nouvelle étude menée par des scientifiques de l’Université de Yale a décrit les résultats prometteurs d’un nouveau médicament visant à imiter les effets antidépresseurs rapides de la kétamine au stade précoce, mais sans les effets psychoactifs dissociatifs de ce médicament. Ce médicament expérimental est actuellement dans les premières phases des tests sur l’homme.

Bien que beaucoup d’attention ait été récemment portée aux qualités antidépressives extraordinairement rapides de la kétamine, cette molécule n’est pas un candidat idéal pour devenir un médicament largement administré. La kétamine, développée à l’origine comme anesthésique dans les années 50, est une drogue psychoactive puissante qui, administrée à de fortes doses, engendre une expérience psychédélique aiguë et forte qui, pour certains, peut être conflictuelle et perturbante.

Ainsi, bien que ce soit un antidépresseur efficace, il doit être administré dans des environnements contrôlés sous surveillance médicale. Même le spray nasal inspiré de la kétamine récemment approuvé n’a été autorisé par la FDA que dans des scénarios cliniques. Sous sa forme complète, la kétamine ne pourrait jamais être un antidépresseur à emporter à la maison.

Le NV-5138 agit comme la kétamine mais sans effets secondaires négatifs

Les scientifiques ont travaillé ces dernières années pour comprendre exactement comment la kétamine agissait sur le cerveau pour exercer ses effets antidépresseurs, et peut-être trouver de nouvelles molécules qui pourraient imiter les qualités bénéfiques du médicament sans les effets secondaires négatifs. Ce médicament expérimental nouvellement mis au point, le NV-5138, est l’un de ces nouveaux agents antidépresseurs les plus prometteurs qui soit issu de ces travaux récents.

« Des recherches récentes ont évoqué la possibilité de développer un nouveau médicament, à action rapide, mais également plus efficace et plus sûr que les formulations actuelles de kétamine, comme le NV-5138 », explique Ron Duman, auteur principal de la nouvelle étude.

L’un des effets suspectés de la kétamine sur son aptitude à exercer rapidement un effet antidépresseur est la façon dont il active une voie métabolique dans le cerveau, appelé mTORC1. Les sujets souffrant de dépression majeure présentent notamment une activité réduite de mTORC1, et les chercheurs travaillent à trouver un moyen de stimuler la signalisation le long de cette voie cérébrale.

Le NV-5138 a été développé pour activer très spécifiquement les voies mTORC1 tout en évitant la stimulation neurale plus large associée aux effets secondaires négatifs de la kétamine. La dernière étude publiée décrit les effets du médicament expérimental sur plusieurs modèles de souris, montrant des réponses comportementales antidépressives rapides ainsi qu’une pénétration rapide de la barrière hémato-encéphalique.

Une augmentation de l’activité synaptique

En plus d’afficher des améliorations comportementales, la nouvelle étude a révélé une augmentation de l’activité synaptique et de la croissance des épines dendritiques dans les régions du cerveau associées à l’humeur. Ces actions ressemblent aux résultats d’études plus récentes sur la manière dont la kétamine pourrait générer ses effets antidépresseurs et sur la raison pour laquelle ces effets durent apparemment plusieurs semaines, voire plusieurs mois, après l’administration d’une seule dose.

Le NV-5138 est actuellement en pleine phase de test humain. Navitor Pharmaceuticals, la compagnie qui développe ce médicament, explique que les premiers résultats chez l’homme sont attendus plus tard en 2019, ce qui donnera une indication de l’efficacité et la sécurité de ce nouvel antidépresseur chez l’homme.

Cette nouvelle étude a été publiée dans The Journal of Clinical Investigation.

Source : Yale University
Crédit photo sur Unsplash : Victor Dueñas Teixeira

https://live.staticflickr.com/65535/47637474341_40c750fa5d_b.jpg