L’IA pourrait contrôler des armes hypersoniques

Technologie https://live.staticflickr.com/65535/32726239437_ac3e6b3e39_b.jpg https://live.staticflickr.com/65535/32726239437_ac3e6b3e39_b.jpg Technologie Média 0 https://technologiemedia.net/2019/04/22/lia-pourrait-controler-des-armes-hypersoniques/#respond
637

IA-armes-hypersoniques

Sandia National Laboratories (SNL) a annoncé la mise en place d’une coalition de chercheurs universitaires pour aider à créer des systèmes aérospatiaux artificiellement intelligents permettant de contrôler des missiles hypersoniques et autres véhicules dans des environnements complexes.

Sandia cherchera à déployer des missiles contrôlés par l’IA

Appelé Autonomy New Mexico (NM), l’organisation regroupe de nombreuses universités américaines et vise à fabriquer des vaisseaux hypersoniques capables de contrôler de manière autonome leur propre vol.

Faire voler des armes à des vitesses hypersoniques à Mach 5 (5 961 km/h), est l’un des domaines technologiques les plus prisés au XXIe siècle. De nombreux pays investissent des milliards de dollars dans la recherche et le développement. Maîtriser la capacité de voler très rapidement offrirait la possibilité de voyager de Londres à Sydney en quelques heures, mais il offre également la promesse d’un vol spatial moins cher et d’armes capables de pénétrer dans n’importe quel système de défense.

Il y a cependant un problème pour ces engins hypersoniques: opérer dans l’environnement à Mach 5 est extrêmement difficile, et contrôler un appareil hypersonique nécessite une énorme quantité de planification et de programmation. Selon Sandia, le fait de tester des véhicules hypersoniques est une entreprise lente et laborieuse et de transformer la technologie en quelque chose de pratique, est extrêmement problématique.

Actuellement, les vols hypersoniques de Sandia impliquent de tirer dans l’espace un véhicule hypersonique survolté à l’aide d’une fusée-sonde, de laquelle il se détache et retourne à la Terre, reprenant de la vitesse comme un vaisseau spatial de SpaceX. Malheureusement, comme un vaisseau spatial, sa trajectoire est en grande partie balistique, avec peu de contrôle. De plus, le processus prend des semaines de programmation et de calculs qui peuvent prendre plusieurs heures.

L’IA pour choisir des trajectoires de vol optimales

Sandia souhaite utiliser les capacités de la reconnaissance des formes de l’intelligence artificielle pour combiner la localisation et les données recueillies sur ce qui se trouve devant le véhicule hypersonique, afin de faire des prévisions et de choisir des trajectoires de vol optimales. Cela pourrait être fait en quelques minutes sous l’œil d’un pilote humain qui examinerait et approuverait les résultats. Dans un véhicule semi-autonome, cela pourrait être réalisé en quelques millisecondes. Dans ce dernier scénario, le pilote pourrait toujours annuler l’ordinateur et désengager l’intelligence artificielle.

Parce que cette technologie autonome pourrait avoir de nombreuses applications dans des domaines tels que les voitures autonomes, Autonomy NM examinera un large éventail de technologies, telles que l’informatique avancée, l’intelligence artificielle et des algorithmes d’apprentissage automatique, des capteurs, des systèmes de navigation et une robotique avancée. Sandia y ajoutera sa propre connaissance du vol hypersonique.

Pour lancer ce projet, le colloque s’est réuni aujourd’hui sur le campus de l’Université du Nouveau-Mexique, où il passera deux jours à présenter des résultats expérimentaux et à examiner de nouvelles idées. L’espoir est de produire éventuellement des algorithmes nécessaires au vol hypersonique en compressant 12 heures de temps de calcul en une milliseconde à l’aide d’un ordinateur de bord.

Le premier vol autonome pourrait avoir lieu dès 2024

Si tout se passe comme prévu, le premier vol hypersonique autonome pourrait avoir lieu dès 2024. « Autonomy New Mexico rassemble certains des meilleurs cerveaux de la technologie des systèmes autonomes dans un environnement de collaboration orienté de manière unique », a déclaré Michael Burns, directeur adjoint des laboratoires pour les programmes de sécurité nationale chez Sandia. « Nous nous attendons à ce qu’il ait un impact important sur un certain nombre de domaines de la recherche. »

Source : Sandia
Crédit photo sur Unsplash : Patrick Untersee

https://live.staticflickr.com/65535/32726239437_ac3e6b3e39_b.jpg