Les cellules souches « soudées » aident à guérir les plaies

biothechnologie https://live.staticflickr.com/65535/47627071122_914c8a3659_b.jpg https://live.staticflickr.com/65535/47627071122_914c8a3659_b.jpg Technologie Média 0 https://technologiemedia.net/2019/04/23/les-cellules-souches-soudees-aident-a-guerir-les-plaies/#respond
288

blessure-cellules-souches

Depuis de nombreuses années, les scientifiques recherchent des méthodes pour aider à guérir les plaies chroniques telles que celles subies par les diabétiques. L’une des techniques les plus récentes consiste à reconfigurer les membranes des cellules souches afin qu’elles soient essentiellement soudées.

Des cellules souches soudées

Sous la direction du Dr Adam Perriman, une équipe de l’Université britannique de Bristol a débuté avec les cellules souches mésenchymateuses humaines (hMSCs). Les scientifiques ont ensuite modifié les membranes des cellules avec une enzyme appelée thrombine, un ingrédient essentiel du processus de cicatrisation.

Lorsque les cellules traitées ont ensuite été placées dans une solution contenant du fibrinogène, une protéine sanguine, un hydrogel naturel s’est développé à partir de leurs membranes. Dans un processus appelé production de matrice extracellulaire, le gel réunissait les cellules pour former une structure cellulaire tridimensionnelle.

Étant donné que les CSM sont capables de devenir des tissus conjonctifs, le mélange CSM/fibrinogène pourrait être appliqué aux plaies chroniques, formant ainsi une matrice leur permettant de se cicatriser. La solution pourrait également être utilisée comme colle chirurgicale.

Une technologie entièrement nouvelle 

« L’un des plus grands défis des thérapies cellulaires est la nécessité de protéger les cellules des environnements agressifs après la transplantation », a déclaré Perriman. « Nous avons développé une technologie entièrement nouvelle qui permet aux cellules de développer leur propre matrice extracellulaire artificielle, leur permettant de se protéger et de s’épanouir après la transplantation. »

Un article sur la recherche a récemment été publié dans la revue Nature Communications.

Source : University of Bristol
Crédit photo : Pixabay

https://live.staticflickr.com/65535/47627071122_914c8a3659_b.jpg