Des robots origami livrent des médicaments dans le corps

Robot https://live.staticflickr.com/65535/33812608968_2499c5ae9d_b.jpg https://live.staticflickr.com/65535/33812608968_2499c5ae9d_b.jpg Technologie Média 0 https://technologiemedia.net/2019/04/24/des-robots-origami-livrent-des-medicaments-dans-le-corps/#respond
379

robots-origami-médicaments-sang

Des minuscules essaims de robots qui livrent des médicaments et aident à effectuer des opérations à l’intérieur du corps ont longtemps été un rêve pour les scientifiques et les écrivains de science-fiction. Mais les prototypes que nous avons sont rigides et souvent lents à répondre à leurs commandes sans fil.

De minuscules robots qui peuvent prendre différentes formes

Aujourd’hui, des chercheurs ont développé des robots de plusieurs millimètres pouvant se plier en d’innombrables formes, permettant à ces micromachines de faire des choses comme saisir et ramper, en utilisant des aimants comme télécommandes.

Les précédents robots à commande magnétique étaient rigides à cause des matériaux magnétiques utilisés pour les construire. Pour créer des robots flexibles, les chercheurs ont incorporé des particules de l’élément magnétique néodyme dans des matériaux plus souples, comme les plastiques. Les chercheurs ont utilisé une paire d’aimants pour inverser la polarité du néodyme dans certaines sections du robot, leur permettant ainsi de repousser et d’attirer ses différentes parties avec un champ magnétique.

Ensuite, ils ont projeté de la lumière ultraviolette sur ces segments, durcissant le matériau dans lequel ils étaient incorporés et les verrouillant en place. Les chercheurs ont programmé des robots capables d’effectuer des mouvements 3D tels que saisir, ramper et nager (ci-dessus) en modélisant les polarités des différents segments.

Des petits robots pour des usines miniaturisées 

Pour faciliter les interventions chirurgicales ou livrer des médicaments dans le corps humain, les futurs robots devront abandonner leur néodyme toxique pour des métaux moins dangereux comme le fer. Selon les chercheurs, de tels métaux pourraient encore fonctionner, mais ils pourraient nécessiter la manipulation d’aimants plus puissants. En plus des applications médicales, ces robots pourraient également être utilisés pour équiper des usines miniaturisées fabriquant des biens encore plus petits.

Malgré leur sophistication, ces micromachines sans fil sont peu coûteuses et faciles à manipuler, ce qui les rend susceptibles d’être jetées après leur utilisation, ce qui accroît potentiellement leur utilité en médecine où cette propreté est essentielle.

Source : Science
Crédit photo : Pixabay (montage)

https://live.staticflickr.com/65535/33812608968_2499c5ae9d_b.jpg