La population des bourdons est au plus bas

Uncategorized https://live.staticflickr.com/65535/47642353312_3854e7369f_b.jpg https://live.staticflickr.com/65535/47642353312_3854e7369f_b.jpg Technologie Média 0 https://technologiemedia.net/2019/04/25/la-population-des-bourdons-est-au-plus-bas/#respond
750

déclin-population-boudons

Alors que de nombreux scientifiques se concentrent sur le déclin des abeilles mellifères, relativement peu étudient les bourdons. La bonne nouvelle est qu’une nouvelle étude fournit une estimation de la population de bourdons et de leur répartition dans le Michigan au cours du siècle dernier. La mauvaise nouvelle est que ces résultats sont extrêmement bas et qu’ils reflètent également ce qui se passe dans les Amériques, en Europe et en Asie.

La population des bourdons à la baisse

La Michigan State University a dirigé cette étude, qui comparait les distributions actuelles des espèces de bourdons dans l’État aux informations recueillies à partir de spécimens de musée recueillis dès les années 1880. Cette recherche, publiée dans le dernier numéro d’Ecology, montre que la moitié des espèces de bourdons étudiées ont diminué de plus de 50%.

«Les bourdons sont d’importants pollinisateurs des plantes dans les habitats naturels, car ils aident à soutenir les graines et les baies dont dépendent les oiseaux et les autres animaux», a déclaré Thomas Wood, chercheur post-doctoral en entomologie à la MSU et auteur principal de l’étude. « Ils sont également des pollinisateurs efficaces de nombreux fruits et légumes qui sont importants pour une alimentation saine pour l’homme. »

Prenez les bleuets, par exemple. Les bourdons sont des pollinisateurs extrêmement efficaces de cette culture fruitière du Michigan. Pour extraire le pollen nécessaire à la fécondation, la fleur doit être secouée vigoureusement et les bourdons sont experts pour faire vibrer ces fleurs afin de secouer le pollen.

« Dans le Michigan, il y a 19 espèces de bourdons et environ 445 espèces d’autres sortes d’abeilles », a déclaré Wood, qui a dirigé cette étude dans le laboratoire de Rufus Isaacs, entomologiste à la MSU. «Plusieurs des cultures-clés du Michigan en dépendent. En fait, environ 50% de la pollinisation des cerises est effectuée par des abeilles sauvages. »

Les baisses les plus marquées

L’équipe de Wood a examiné l’État du Michigan et comparé la distribution de 12 espèces différentes de bourdons dans les 83 comtés de l’État avant et après l’année 2000. Parmi les baisses les plus marquées, on peut citer:

  • Bourdon à tache rousse – 100%
  • Bourdon d’Amérique – 98%
  • Bourdon à bandes jaunes – 71%
  • Bourdon jaune – 65%

Bien que cette étude se soit concentrée sur le Michigan, ses conclusions peuvent refléter la même situation pour d’autres régions du monde, dont certaines sont positives. Quelques exemples de réussite incluent le bourdon commun de l’Est et le bourdon ceinturé brun, qui ont augmenté de 31% et 10%, respectivement.

Pourquoi certaines espèces sont-elles restées stables alors que d’autres ont décliné?

Les chercheurs ont étudié le type de plantes visitées par chaque espèce de bourdon en retirant le pollen des spécimens. Les bourdons portent leur pollen sur leurs pattes arrière, et cela peut être enlevé et identifié au microscope, même des décennies après la vie de l’abeille. En examinant ces charges au niveau du pollen, les chercheurs ont trouvé des modèles cohérents.

« Les espèces qui sont en déclin ont collecté du pollen provenant d’un nombre réduit d’espèces de plantes et semblent avoir une gamme plus étroite de plantes qu’elles visitent pour leur pollen », a déclaré Wood. «En revanche, les espèces stables visitent une plus grande variété de plantes. Cela suggère que les boudons plus rigides dans leur choix sont moins aptes à changer si une de leurs plantes préférées n’est pas disponible. ”

La prochaine phase de cette recherche tentera de comprendre pourquoi les espèces de bourdons ayant un régime alimentaire étroit ne font pas preuve de souplesse dans leur régime alimentaire.

Une possible explication de ce déclin

«La plupart des espèces de bourdons en déclin du Michigan volent en été, se nourrissant de plantes des prairies et d’autres fleurs de la campagne», a déclaré Wood. “Moins de types de plantes fleurissent en été par rapport au printemps. Nous savons également que des prairies ont été perdues au cours du siècle dernier et que les bourdons d’été ont peut-être été touchés deux fois en raison de la perte de leur habitat de prédilection et de leur capacité réduite à s’adapter à ce changement. »

Source : Michigan State University
Crédit photo : Pixabay

https://live.staticflickr.com/65535/47642353312_3854e7369f_b.jpg