hautes-vagues-plus-souvent
Les vents et les vagues extrêmes se sont multipliés dans le monde au cours des trois dernières décennies, exacerbant le risque d’inondation des communautés côtières lors des tempêtes. La vitesse moyenne du vent et la hauteur des vagues entre 1985 et 2018 ont également légèrement augmenté dans certaines régions.

Les vents et vagues extrêmes se sont multipliés dans le monde

Ian Young de l’Université de Melbourne et ses collègues ont analysé les données de 31 satellites différents, ce qui a fourni un ensemble de données beaucoup plus volumineux que les efforts précédents pour mesurer les changements de vitesses du vent et de la hauteur des vagues.
Ils ont constaté que les changements étaient les plus marqués dans l’océan Austral, où les vitesses de vent extrêmes ont augmenté de 8% et les vagues extrêmes de 5% au cours de cette période.
Bien que l’océan Austral puisse sembler éloigné pour de nombreuses personnes, c’est la houle générée qui influence les conditions de houle dans l’océan Indien, le Sud de l’Atlantique et de vastes régions du Pacifique. Ces houles déterminent la stabilité des plages dans la majeure partie de l’hémisphère Sud.
En plus de l’accélération de la montée du niveau de la mer, des vents et des vagues plus forts aggraveront également les inondations côtières. «Si les vagues extrêmes prennent de l’ampleur, l’impact des inondations lié aux tempêtes sera encore plus important et aura également un impact majeur sur l’érosion des plages», a déclaré Ian Young de l’Université de Melbourne, et coauteur de l’étude.

Les hautes vagues pourraient augmenter la fragmentation de la glace

Des vagues plus hautes augmenteront probablement également la vitesse de fragmentation de la glace, affectant ainsi la vaste couche de glace de l’ Antarctique.
Le renforcement observé de la vitesse du vent et de la hauteur des vagues correspond à ce à quoi certains modèles de changement climatique s’attendaient.
«Il semble que le changement climatique affecte non seulement le nombre et l’intensité des tempêtes dans le monde, mais également le vent moyen et la hauteur des vagues», déclare Mark Maslin de l’University College London.
Les résultats de cette recherche ont été publiés dans Science.
Source : New Scientist
Crédit photon sur Unsplash :  Jeremy Bishop