chine-énergie-propre-tokamak-fusion
Un réacteur à fusion révolutionnaire construit par des scientifiques chinois souligne la détermination de Pékin d’être au cœur de la technologie des énergies propres, dans la perspective d’une centrale pleinement opérationnelle d’ici 2050. Parfois appelé « soleil artificiel » pour la chaleur et l’énergie qu’il produit, le tokamak à supraconducteur expérimental en forme de beignet (EST) qui s’avance sur un cratère de terre dans un lac de la province de l’Anhui, à l’Est, a enregistré une succession de premières.

Une succession de premières

Plus récemment, en novembre 2018, il est devenu la première installation au monde à générer 100 millions de degrés Celsius, soit six fois plus que le cœur du Soleil. Le tokamak Anhei est la première installation au monde à générer 100 millions de degrés Celsius.
Ces températures époustouflantes sont essentielles à la réalisation de réactions de fusion nucléaire durables, qui promettent une source d’énergie inépuisable. Le réacteur principal d’EAST est situé dans une structure en béton, avec des tuyaux et des câbles répartis vers l’extérieur, tels des rayons qui se connectent à un fouillis de censeurs et d’autres équipements entourant le cœur. Un drapeau chinois rouge se dresse sur le réacteur.
« Nous espérons élargir la coopération internationale grâce à ce dispositif (EAST) et apporter une contribution chinoise à l’utilisation future de la fusion nucléaire par l’humanité », a déclaré Song Yuntao, l’un des principaux responsables du projet, lors d’une récente visite du site.

Un autre réacteur à fusion 

La Chine envisage également de construire un réacteur à fusion séparé qui pourrait commencer à générer une énergie de fusion commercialement viable d’ici le milieu du siècle, a-t-il ajouté. Quelque six milliards de yuans (890 millions de dollars) ont été promis pour ce projet ambitieux.
EAST fait partie du projet du réacteur international thermonucléaire expérimental (ITER), qui vise à prouver la faisabilité de l’énergie de fusion. Financé et géré par l’Union européenne, les États-Unis, le Japon, la Chine, la Russie, la Corée du Sud et les États-Unis, ce projet de plusieurs milliards de dollars sera un dispositif de fusion cylindrique géant, appelé tokamak.
Actuellement en construction en Provence, dans le sud de la France, il intégrera des éléments développés par EAST et d’autres sites et s’appuiera sur les résultats de leurs recherches.

Puissance illimitée méga budgets

La fusion est considérée comme le Saint Graal de l’énergie et constitue le moteur de notre Soleil. Il fusionne des noyaux atomiques pour créer d’énormes quantités d’énergie – l’opposé du processus de fission utilisé dans les armes nucléaires et les centrales nucléaires, qui les divise en fragments. Contrairement à la fission, la fusion n’émet aucun gaz à effet de serre et comporte moins de risques d’accidents ou de vol de matériel atomique.
Mais maintenir les températures élevées et les autres conditions instables nécessaires est à la fois extrêmement difficile et d’un coût prohibitif: le coût total d’ITER est estimé à 20 milliards d’euros (22,5 milliards de dollars).
Wu Songtao, l’un des principaux ingénieurs chinois chez ITER, a reconnu que les capacités techniques de la Chine en matière de fusion étaient encore inférieures à celles de pays plus développés, et que les tokamaks américains et japonais avaient obtenu des résultats globaux plus grands. Mais le réacteur expérimental d’Anhui souligne les progrès scientifiques rapides de la Chine et son engagement à en réaliser davantage.

Des capacités développées rapidement 

Les capacités de la Chine « se sont développées rapidement au cours des 20 dernières années, en particulier après avoir pris le train express ITER », a déclaré Wu. Dans une interview accordée à l’agence de presse officielle Xinhua en 2017, le directeur général d’ITER, Bernard Bigot, a qualifié le gouvernement chinois de « très motivé » pour la fusion.
« La fusion n’est pas quelque chose qu’un pays peut accomplir seul », a déclaré Song. « Comme avec l’ITER, les gens du monde entier doivent travailler ensemble dans ce domaine. »
Source : AFP
Crédit photo : Pixabay

La quête de la Chine pour une énergie propre se rapprochemartinÉnergie
Un réacteur à fusion révolutionnaire construit par des scientifiques chinois souligne la détermination de Pékin d'être au cœur de la technologie des énergies propres, dans la perspective d'une centrale pleinement opérationnelle d'ici 2050. Parfois appelé 'soleil artificiel' pour la chaleur et l'énergie qu'il produit, le tokamak à supraconducteur expérimental...