eczéma-bactéries
L’eczéma, ou dermatite atopique, affecte jusqu’à 20% des enfants et environ 3% des adultes. Pour plusieurs de ces personnes, souffrir d’eczéma peut devenir embarrassant, car dans de nombreux cas, cela est très visible et parfois peut devenir disgracieux.

Combattre l’eczéma à l’aide d’une autre bactérie

Mais des recherches antérieures ont montré que les personnes atteintes d’eczéma ont une plus grande abondance de Staphylococcus aureus, une bactérie commune trouvée sur la peau. Leur système immunitaire contient également de plus faibles concentrations de certaines cellules qui contribuent à la formation des barrières cutanées, ce qui permet à S. aureus de se propager.
Pour comprendre pourquoi cela se produit, Richard Gallo de l’Université de Californie à San Diego et ses collègues ont étudié les cellules cutanées humaines provenant de personnes atteintes ou non d’eczéma et ont colonisé la bactérie S. aureus sur la peau de souris.
Dans les cellules humaines, ils ont découvert que S. aureus utilisait un processus appelé détection du quorum, au cours duquel les cellules bactériennes communiquaient pour libérer des toxines et des enzymes nocives qui les aidaient à briser cette barrière cutanée pour que la colonie s’imprègne plus fortement.

D’autres bactéries combattaient ces toxines

Dans une autre recherche, ils ont découvert que d’autres bactéries de la famille des staphylocoques – notamment Staphylococcus hominis – combattaient ces toxines en sécrétant des protéines qui bloquaient la détection du quorum, empêchant essentiellement les messages de passer entre la colonie de S. aureus.
Lorsque Gallo et son équipe ont isolé une partie de ces bactéries bloqueuses et l’ont déposée sur des souris dont la peau qui avait été infectée par S. aureus, la peau a été protégée contre d’autres poussées d’eczéma.
«Cela montre à quel point la diversité bactérienne de la peau peut effectivement contribuer à inhiber l’inflammation cutanée causée par Staphylococcus aureus», déclare Roxana Daneshjou de l’Université Stanford. « Comprendre comment l’interaction entre S. aureus et la barrière cutanée aggravent la dermatite atopique peut constituer la raison d’être d’une future intervention thérapeutique. »

Appliquer une pommade de bactéries amicales

Gallo affirme que cela ajoute une justification supplémentaire aux transplantations de microbiomes en cours de leur développement, dans lesquelles une pommade contenant des bactéries amicales serait appliquée sur la peau.
Les résultats de cette recherche ont été publiés dans Science Translational Medicine.
Source : New Scientist
Crédit photo sur Unsplash : Lucaxx Freire

L'eczéma peut être contrôlé par un microbemartinBiologie
L'eczéma, ou dermatite atopique, affecte jusqu'à 20% des enfants et environ 3% des adultes. Pour plusieurs de ces personnes, souffrir d'eczéma peut devenir embarrassant, car dans de nombreux cas, cela est très visible et parfois peut devenir disgracieux. Combattre l'eczéma à l'aide d'une autre bactérie Mais des recherches antérieures ont montré...