Les crottes permettent à la vie de prospérer dans l’Antarctique

Découverte https://live.staticflickr.com/65535/47788555642_b70a8e2c24_b.jpg https://live.staticflickr.com/65535/47788555642_b70a8e2c24_b.jpg Technologie Média 0 https://technologiemedia.net/2019/05/13/les-crottes-permettent-a-la-vie-de-prosperer-dans-lantarctique/#respond
368

la-vie-développe-crottes-des-pingouins

Dans le paysage désertique de l’Antarctique, la vie est difficile à trouver – à moins que vous ne soyez près des crottes de phoques et des manchots. En effet, selon une nouvelle étude, les matières fécales riches en azote enrichissent le sol et créent des points chauds dotés d’une grande diversité biologique pouvant s’étendre sur plus de 1 000 mètres au-delà des frontières des colonies.

Les crottes permettent un plus grande biodiversité

Les scientifiques ont parcouru les champs de déchets créés par les éléphants de mer (Mirounga angustirostris) et les manchots de l’Antarctiques, notamment les manchots papous (Pygoscelis papua), à carabines étroites (Palaeeudyptes antarcticus) et les manchots Adélie (Pygoscelis adeliae). L’équipe a examiné le sol et les plantes entourant ces colonies à trois endroits différents le long de la péninsule antarctique.

Les chercheurs ont rapporté aujourd’hui dans Current Biology que là où il y avait plus de phoques et de manchots, et plus de crottes, il y avait une plus grande biodiversité. Ils notent que les matières fécales s’évaporent partiellement sous forme d’ammoniac, qui peut ensuite être emporté par le vent à plus de 1 000 mètres à l’intérieur des terres et être absorbé par le sol.

Cet ammoniac crée alors un cycle d’enrichissement en nutriments: l’azote est consommé par les plantes et les lichens, qui abritent un nombre incroyable d’invertébrés, notamment des acariens, des collemboles et des vers ronds.

Des millions d’invertébrés

En fait, l’équipe a identifié des millions d’invertébrés par mètre carré du sol entourant les colonies de phoques et de manchots, c’est jusqu’à huit fois plus que le nombre observé dans d’autres parties de la péninsule.

Ces résultats permettent aux scientifiques de mieux comprendre comment la vie peut prospérer dans les endroits les plus froids de la planète. Maintenant, la grande question est de savoir si ces points chauds de la biodiversité créeront un terrain propice à la reproduction de quelque chose d’autres : des espèces de plantes envahissantes qui peuvent menacer l’avenir de ces environnements.

Source : Science
Crédit photo sur Unsplash : Ian Parker

https://live.staticflickr.com/65535/47788555642_b70a8e2c24_b.jpg