explosion-cambrienne-vie-explication
La vie sur Terre a peut-être commencé il y a des milliards d’années avec un gémissement silencieux et monocellulaire, mais elle est vraiment arrivée avec une explosion, il y a environ 540 millions d’années. En relativement peu de temps, la vie a éclaté sous une incroyable diversité de formes, dans un événement connu depuis sous le nom d’explosion cambrienne. Maintenant, une équipe internationale de scientifiques a trouvé des indices sur ce qui pourrait avoir causé cela: des pics de taux d’oxygène.

Une explosion de formes de vie

L’explosion cambrienne a longtemps été étudiée comme étant probablement l’événement le plus important de l’histoire de l’évolution de la vie sur Terre. C’est également assez clair dans les archives de fossiles – avant cette époque, les signes de vie se limitaient principalement à des traces de fossiles d’organismes unicellulaires et de quelques simples créatures multicellulaires. Mais à partir de 541 millions d’années, la vie a vraiment pris son envol et s’est étendue à tous les grands groupes que nous voyons aujourd’hui en seulement 13 à 25 millions d’années.
Mais exactement ce qui a déclenché l’explosion cambrienne est resté un mystère. Une théorie de longue date suggère que la montée des niveaux d’oxygène a mené à ces sursauts d’évolution chez les animaux, et la présente étude a trouvé de nouvelles preuves pour soutenir cette théorie.
Pour ce faire, les chercheurs ont d’abord collecté des échantillons de carbonate marin le long des fleuves Aldan et Lena en Sibérie – des zones qui auraient été une mer peu profonde mais grouillant de vie pendant la période cambrienne. L’équipe a ensuite analysé les isotopes de carbone et de soufre contenus dans ces échantillons, ce qui permet de calculer les niveaux d’oxygène flottant dans l’océan et l’atmosphère peu profonds à cette époque.

Des niveaux élevés d’oxygène ont été observés

De fait, des niveaux élevés d’oxygène ont été observés au moment de l’explosion de la diversité cambrienne, avec une quantité particulièrement forte présente entre 524 et 514 millions d’années. Il est intéressant de noter que l’inverse semble également se confirmer: de faibles niveaux d’oxygène ont accompagné un événement d’extinction ultérieur, survenu il y a entre 514 et 512 millions d’années.
« Il s’agit de la première étude à montrer clairement que nos premiers ancêtres animaux ont connu une série d’explosions évolutives et de goulots d’étranglement causés par des modifications extrêmes des niveaux d’oxygène atmosphérique », déclare Graham Shields, auteur correspondant de l’étude.
Un apport supplémentaire en oxygène est certainement vital pour les formes de vie plus vastes, mais cela n’a peut-être été qu’une partie de l’histoire. On pense que la fin de la période de la Terre boules de neige environ 100 millions d’années plus tôt, aurait pu emporter plus de nutriments dans les mers, entraînant une plus grande diversité d’organismes unicellulaires. Ensemble, ces conditions favorables auraient peut-être permis à la vie de s’animer sous plusieurs formes.
Cette étude a été publiée dans la revue Nature Geoscience.
Source : Oxford University
Crédit photo : Pixabay

Un lien entre les pics de taux d'oxygène et les poussées d'évolutionmartinPréhistoire
La vie sur Terre a peut-être commencé il y a des milliards d'années avec un gémissement silencieux et monocellulaire, mais elle est vraiment arrivée avec une explosion, il y a environ 540 millions d'années. En relativement peu de temps, la vie a éclaté sous une incroyable diversité de formes,...