Les personnes âgées consomment plus d’énergie

Changement Climatique https://live.staticflickr.com/65535/47846911712_45e7118ec3_b.jpg https://live.staticflickr.com/65535/47846911712_45e7118ec3_b.jpg Technologie Média 0 https://technologiemedia.net/2019/05/21/les-personnes-agees-consomment-plus-denergie/#respond
696

personnes-âgées-consomment-énergie

L’âge moyen augmente dans toutes les populations du monde – un changement démographique qui pose non seulement des énigmes aux systèmes de protection sociale, mais peut également constituer un défi majeur pour les systèmes énergétiques et les efforts pour lutter contre le changement climatique.

En vieillissant nous consommons plus d’énergie

Hossein Estiri de l’Université de Harvard et Emilio Zagheni de l’Institut Max Planck sur la recherche démographique, en Allemagne, ont constaté que la consommation d’énergie augmentait avec l’âge, et pas uniquement parce que nous accumulions plus de richesses au cours de la vie. Une population vieillissante pourrait signifier une plus grande proportion de la société avec des niveaux de consommation d’énergie élevés, suggère leur étude.

En moyenne, la consommation d’énergie des enfants augmente au fur et à mesure de leur croissance, avant de diminuer légèrement à la sortie de leur domicile, comme l’a montré leur analyse des données américaines. La consommation augmente ensuite lorsque les personnes atteignent la trentaine, culmine à 55 ans, puis baisse brièvement avant de recommencer à augmenter.

L’étude tenait compte de facteurs tels que le revenu, le climat local et l’âge, le type et la taille du domicile de la personne. L’augmentation de la consommation d’énergie tout au long de la vie semble être liée au mode de vie et à l’évolution de nos besoins en vieillissant.

Nous avons besoin plus de tout

Pourquoi la demande augmente-t-elle autant dans la trentaine? «Nous avons besoin plus de tout. Plus d’espace. Nous avons besoin de plusieurs téléviseurs, ils doivent être plus grands, nous avons maintenant besoin de deux réfrigérateurs », explique Estiri.

Cette étude a révélé que dans les régions les plus chaudes des États-Unis, contrairement à celles plus froides, la consommation d’énergie s’intensifie chez les personnes de plus de 65 ans – probablement pour la climatisation. Ceci suggère que le changement climatique et le vieillissement de la population pourraient se renforcer mutuellement.

Les vagues de chaleur sont devenues plus courantes dans plusieurs pays en été ces dernières années et elle devraient devenir plus fréquentes en raison du réchauffement de la planète. De plus en plus de personnes âgées utilisant plus d’énergie pour se garder au frais pourraient contribuer à une augmentation du  réchauffement,

«Il est vraiment important de commencer à réfléchir à la confluence de la population, du vieillissement et du changement climatique sur la demande énergétique», déclare Estiri.

Benjamin Sovacool, de l’Université de Sussex, au Royaume-Uni, déclare que ces travaux montrent l’importance de la démographie pour réduire les émissions de carbone. La plupart des modèles d’atténuation du changement climatique partent de l’hypothèse que la consommation d’énergie des personnes reste inchangée ou n’apporte que de faibles changements dans le temps.

La complexité de la consommation d’énergie

«Cette étude met directement au défi l’ensemble de cette recherche en la forçant à lutter contre la temporalité et la complexité de la consommation d’énergie», déclare Sovacool. « Les ménages ne se comportent pas de manière facile à prévoir ou à comprendre. »

Ces nouveaux travaux combinent des données d’une vingtaine d’années sur des ménages américains, recueillies par un organisme gouvernemental américain, qui ont interrogé entre 6 100 et 12 100 ménages.

Les données ont ensuite été utilisées pour créer un modèle de cohorte virtuelle d’individus et de la variation de la consommation d’énergie dans 17 groupes d’âge différents entre 1987 et 2009.

Catherine Mitchell de l’Université d’Exeter, au Royaume-Uni, a déclaré que cette recherche pourrait avoir d’importantes conséquences pour les décideurs. « Ce que dit le journal, c’est qu’il y a beaucoup de travail à faire sur la manière dont les bâtiments utilisent l’énergie, mais probablement pas assez sur la manière dont les gens utilisent l’énergie », dit-elle.

Les résultats de cette recherche ont été publiés dans Energy Research & Social Science.

Source : New Scientist
Crédit photo : Pixabay

https://live.staticflickr.com/65535/47846911712_45e7118ec3_b.jpg