miel-fraise-contre-le-cancer
Des chercheurs espagnols et italiens ont prouvé que lorsque le miel de fraise, un produit typique des régions méditerranéennes, était ajouté aux cellules cancéreuses du côlon cultivées en laboratoire, la prolifération cellulaire était bloquée.

Le miel de fraise contre le cancer

Le miel extrait des fleurs de l’arbousier (Arbutus unedo) est apprécié dans le secteur de l’apiculture pour ses caractéristiques organoleptiques, en particulier pour son goût amer fort et sa couleur sombre. Des scientifiques des universités de Vigo et de Grenade (Espagne) et de l’Université polytechnique des Marches (Italie) ont analysé pour la première fois le potentiel de ce produit méditerranéen pour lutter contre le cancer du côlon.
Les résultats qui ont été publiés en deux parties dans le Journal of Functional Foods, montrent que le miel de fraise est capable d’inhiber la prolifération de cellules tumorales cultivées en laboratoire – plus spécifiquement celles d’une lignée d’adénocarcinome du côlon humain (HCT-116).
« Le traitement au miel arrête le cycle des cellules tumorales en régulant certains gènes (cycline D1, CDK2, p27Kip …); il inhibe la migration cellulaire, réduit la capacité de formation de colonies et induit l’apoptose ou la mort cellulaire programmée par la modulation d’autres gènes clés (p53, caspase-3, c-PARP) et divers facteurs apoptotiques « , explique Maurizio Battino, coordinateur de cette recherche.
« Il supprime également le récepteur du facteur de croissance épidermique appelé EGFR / HER2 et ses voies de signalisation, qui pourraient constituer une cible intéressante pour les traitements du cancer en raison de leur rôle important dans les processus de survie et de prolifération cellulaires, ainsi que dans ceux de l’apoptose et des métastases. »

Les effets augmentaient avec la quantité et la durée du traitement

La cytotoxicité et les effets antitumoraux du miel de fraise sur les lignées du cancer du côlon augmentaient avec la quantité et la durée du traitement. Cela a conduit à d’autres résultats pertinents, tels que la réduction de certains facteurs de transcription, l’inhibition de l’activité de certaines enzymes, la diminution de la respiration mitochondriale et la glycolyse des cellules tumorales.
« Aucun de ces effets n’a été observé lorsque du miel a été appliqué sur des lignées cellulaires saines », affirment les auteurs, soulignant le potentiel anticancérigène de ce produit naturel, tout en insistant sur la nécessité de nouvelles études sur le cancer du côlon in vivo afin de confirmer ses effets chimio-préventifs.

Mieux comprendre les principaux mécanismes moléculaires

« Grâce à ces données, il n’est pas encore possible de parler de traitement curatif ou sûr du cancer colorectal grâce au miel de fraise », souligne Battino, qui ajoute: « ce travail constitue un point de départ pour évaluer ses possibles effets contre le cancer et comprendre les principaux mécanismes moléculaires par lesquels il exerce son effet, renforçant ainsi l’intérêt porté à cette étude et à la production de cette denrée alimentaire méditerranéenne.  »
« Nous avons de plus en plus de preuves qu’un régime alimentaire sain, équilibré et naturel peut fournir des composés bioactifs pouvant avoir des effets intéressants sur le contrôle et le développement de plusieurs maladies aussi critiques que ce type de cancer », conclut le chercheur.
Source : Spanish Foundation for Science and Technology
Crédit photo : Pixabay

Le miel de fraise contre le cancer du colonmartinDécouverte
Des chercheurs espagnols et italiens ont prouvé que lorsque le miel de fraise, un produit typique des régions méditerranéennes, était ajouté aux cellules cancéreuses du côlon cultivées en laboratoire, la prolifération cellulaire était bloquée. Le miel de fraise contre le cancer Le miel extrait des fleurs de l'arbousier (Arbutus unedo) est...