drones-pays-pauvres
Une équipe internationale d’enquêteurs spécialisés dans les soins de santé met à l’essai un nouveau système de distribution de médicaments utilisant une approche de «frappe chirurgicale» pour résoudre les problèmes de pandémie.

Utiliser les drones pour les villages éloignés

Des chercheurs de l’Ouest, de l’Institut Pasteur de Madagascar, de l’Université Stony Brook (New York) et de l’Institut suisse de santé tropicale et de santé publique ont mené le premier test mondial en utilisant la technologie des drones pour soutenir le diagnostic et le traitement de la tuberculose dans des régions éloignées de Madagascar.
Avec le financement du partenariat Halte à la tuberculose, de la Fondation Bill & Melinda Gates et du gouvernement du Canada, l’équipe a passé une bonne partie des deux dernières années à tester la capacité des drones à prélever des échantillons de patients provenant de plus de 50 villages pour les livrer à des centres médicaux. Le médicament est ensuite renvoyé par avion pour les patients dont le test est positif.
Une «boîte à pilules» personnalisée fournit un médicament personnalisé, qui est surveillé numériquement pour s’assurer que les prescriptions sont bien suivies. Cette méthodologie offre le potentiel de dépasser les défis d’infrastructure extrêmes rencontrés dans des endroits reculés tels que la région de Vatovavy-Fitovinany à Madagascar.
«En quelques heures à peine, un drone effectue un voyage extrêmement difficile sur le plan logistique et économique pour de nombreux villageois, surtout s’ils sont malades», a expliqué Elysée Nouvet, professeure en sciences de la santé, anthropologue médicale, qui dirigeait auparavant des projets de santé mondiaux dans des pays en développement en Amérique centrale et en Afrique occidentale.
«Ce sont des villages qui n’ont pas accès à rendez-vous, sans service ambulancier. Se rendre à l’hôpital le plus proche depuis une région reculée de Madagascar peut prendre des jours et, si une personne est malade et que ses accompagnateurs n’ont pas de famille à proximité de l’hôpital, ce voyage peut entraîner des dépenses importantes. »

Une étude d’acceptabilité 

Nouvet a été invité à diriger l’étude d’acceptabilité culturelle de ce programme de diagnostic et de traitement de la tuberculose potentiellement révolutionnaire. Le protocole de cette étude d’acceptabilité culturelle est décrit dans le British Medical Journal.
Dans le cadre d’un mouvement mondial en faveur de la technologie de la santé numérique, de la surveillance à distance et de la surveillance des maladies, Nouvet estime que cette approche doit être explorée afin de déterminer le meilleur moyen de gérer correctement les coutumes et les préoccupations potentielles des personnes vivant dans des communautés éloignées.

Il y a aussi la question de la durabilité et du contrôle des technologies: de tels programmes mondiaux peuvent-ils être développés à plus grande échelle et gérés au niveau local?
«De nombreuses pièces de ce casse-tête sont en cours de réalisation, alors même que de nouveaux programmes de santé soutenus par des drones sont mis en place dans le monde entier», a déclaré Nouvet.

Les drones deviendront peut-être une nouvelle norme

« Peut-être que les tests et les traitements fournis par des drones deviendront une nouvelle norme pour les communautés nordiques des Premières nations, métisses et inuites du Canada. Ce travail de l’anthropologue dans tout cela consiste à s’assurer que l’optimisme technologique ne cache pas des questions à poser sur l’impact social et l’acceptabilité des nouvelles technologies sur celles qu’ils sont supposés soutenir. »
Source : University of Western Ontario
Crédit photo : Pixabay

Les drones aident les villages reculés dans les pays pauvresmartinSociété
Une équipe internationale d’enquêteurs spécialisés dans les soins de santé met à l’essai un nouveau système de distribution de médicaments utilisant une approche de «frappe chirurgicale» pour résoudre les problèmes de pandémie. Utiliser les drones pour les villages éloignés Des chercheurs de l’Ouest, de l’Institut Pasteur de Madagascar, de l’Université Stony...