super-bactéries-nouveau-composé
L’équipe, dirigée par le professeur Jim Thomas, du département de chimie de l’Université de Sheffield, teste de nouveaux composés mis au point par sa doctorante Kirsty Smitten sur des bactéries à Gram négatif résistantes aux antibiotiques, y compris E. coli.

Un nouveau composé contre les super bactéries

Les souches de bactéries à Gram négatif peuvent causer des infections, notamment la pneumonie, les infections des voies urinaires et les infections du sang. Ils sont difficiles à traiter car la paroi cellulaire de la bactérie empêche les médicaments de pénétrer dans le microbe.
La résistance aux antimicrobiens est déjà à l’origine de 25 000 décès dans l’UE chaque année et, à moins que cette menace émergente ne soit traitée, on estime qu’en 2050, plus de 10 millions de personnes pourraient mourir chaque année des suites d’infections résistantes aux antibiotiques.
Les médecins n’ont pas eu de nouveaux traitements pour les bactéries à Gram négatif au cours des 50 dernières années et aucun médicament potentiel n’a été lancé dans les essais cliniques depuis 2010.
Le nouveau composé pharmaceutique offre toute une gamme d’opportunités intéressantes. Comme l’explique le professeur Jim Thomas: «ce composé est luminescent, il brille lorsqu’il est exposé à la lumière. Cela signifie que l’absorption et l’effet sur les bactéries peuvent être suivis par des microscopes avancées disponibles chez RAL.
« Cette avancée pourrait mener à de nouveaux traitements vitaux contre les super bactéries potentiellement mortelles et au risque croissant posé par la résistance aux antimicrobiens.

Il aurait plusieurs modes d’action

Les études menées à Sheffield et à RAL ont montré que ce composé semblait avoir plusieurs modes d’action, ce qui rend plus difficile l’émergence d’une résistance dans une bactérie. La prochaine étape de la recherche consistera à le tester contre d’autres bactéries multirésistantes.
Dans un récent rapport sur les agents pathogènes qui résistent aux antimicrobiens, l’Organisation mondiale de la santé a classé plusieurs bactéries à Gram négatif en tête de sa liste, déclarant que découvrir de nouveaux traitements pour ces bactéries étaient «prioritaires» et que si les bactéries devenaient résistantes à tous les traitements actuels les gens allaient se retrouver dans les hôpitaux.

Ces bactéries sont responsables de millions d’infections résistantes aux antibiotiques

Cette recherche, publiée dans la revue ACS Nano, décrit ce nouveau composé qui tue E. coli Gram négatif, y compris un agent pathogène multirésistant, supposé être responsable de millions d’infections résistantes aux antibiotiques dans le monde entier chaque année.

  • Un nouveau composé mis au point par des experts de l’Université de Sheffield a tué des bactéries à Gram négatif résistant aux antibiotiques.
  • De nouveaux traitements pour les bactéries à Gram négatif sont indispensables car elles deviennent rapidement immunisées contre les antibiotiques.
  • La résistance aux antimicrobiens est déjà responsable de 25 000 décès chaque année dans l’UE
  • Cette recherche pourrait ouvrir la voie à un nouveau traitement des super bactéries menaçant la santé des gens.

Source : University of Sheffield
Crédit photo : Pixabay

Un nouveau composé qui tue les super bactériesmartinbiothechnologie
L’équipe, dirigée par le professeur Jim Thomas, du département de chimie de l’Université de Sheffield, teste de nouveaux composés mis au point par sa doctorante Kirsty Smitten sur des bactéries à Gram négatif résistantes aux antibiotiques, y compris E. coli. Un nouveau composé contre les super bactéries Les souches de bactéries...