La chaleur record en Alaska affecte les écosystèmes

Changement Climatique https://live.staticflickr.com/65535/47973618086_5b78bc221d_b.jpg https://live.staticflickr.com/65535/47973618086_5b78bc221d_b.jpg Technologie Média 0 https://technologiemedia.net/2019/05/31/la-chaleur-record-en-alaska-affecte-les-ecosystemes/#respond
1358

alaska-chaleur-record-affect-les-écosystèmes

En mars, l’Alaska est censé être froid. Le long des côtes Nord et Ouest, l’océan devrait être gelé plus loin que l’œil ne peut voir. À l’intérieur de l’État, les rivières devraient être emprisonnées dans une glace tellement épaisse qu’elles serviraient aussi de routes pour les motoneiges et les camions.

L’Alaska est durement affecté par le changement climatique

Près d’Anchorage, dans le centre-Sud de l’Alaska, le manteau neigeux devrait être suffisamment profond pour que le ski soit durable pendant des semaines. Mais cette année, une vague de chaleur record a renversé les normes et nous a permis de nous prélasser dans une chaleur confortable, mais souvent dérangeante.

En Alaska, les températures moyennes de mars ont été supérieures de 11 degrés Celsius à la normale. Cette élévation était la plus extrême dans l’Arctique où, le 30 mars, les thermomètres ont augmenté de près de 22 degrés Celsius par rapport à la normale – qui est de 3 degrés Celsius. Cela semble encore froid, mais il faisait relativement chaud.

«Il est difficile de caractériser cette anomalie, elle est vraiment remarquable pour cette partie du monde», explique Rick Thoman, spécialiste du climat au Centre Alaska pour l’évaluation du climat et les politiques climatiques à Fairbanks. La vague de chaleur qui régnait dans cet État faisait partie d’un régime météorologique qui a duré plusieurs semaines et qui a détruit les records de température dans notre immense État, contribuant à la perte de biens et de vies.

Le 15 avril, trois personnes, dont une fillette de 11 ans, sont décédées après que leurs motoneiges aient plongé dans de la glace mince sur la rivière Noatak, dans l’extrême Nord-Ouest de l’Alaska. Plus tôt en hiver, à 700 kilomètres au Sud, dans la partie inférieure de la rivière Kuskokwim, au moins cinq personnes ont péri dans des incidents lorsque leur motoneige ou leur véhicule à quatre roues a percé une glace très mince.

motoneige-utilisée-par-les-habitantsLes habitants se déplacent en motoneige.

Des appels de secours très rapprochés ont également eu lieu, notamment le sauvetage de trois mineurs qui ont passé des heures à sauter entre des banquises en décomposition dans la mer de Béring, près de Nome. Plus au Sud, les gens qui patinaient sur le lac populaire Portage, près d’Anchorage, tombaient également à travers cette glace. Différents facteurs ont contribué à ces incidents mais la glace anormalement mince était un dénominateur commun.

La glace est une infrastructure importante

En Alaska, la glace est une infrastructure. Par exemple, la rivière Kuskokwim, qui traverse le Sud-Ouest de l’Alaska sur 1 100 kilomètres, gèle tellement qu’elle devient une route de glace balisée reliant des dizaines de communautés réparties sur 300 kilomètres . Dans l’Alaska intérieur peu peuplé, des rivières gelées sont indispensables pour transporter des marchandises, rendre visite à sa famille et amener les enfants à des matchs de basket-ball à l’école.

Le long de la côte Ouest de l’Alaska, les eaux glacées de la mer de Béring servent également d’infrastructure. Chaque hiver, l’air glacial transforme une grande partie de la région de Béring entre la Russie et l’Alaska en banquise. En s’accrochant au rivage, la glace fournit des plates-formes pour la pêche et la chasse et des itinéraires sûrs entre les communautés. Cela empêche également l’action des vagues et les ondes de tempête d’éroder les rives des villages côtiers.

Le déclin constant de la glace de mer est une vieille nouvelle, mais 2019 a apporté des conditions exceptionnelles. En janvier, une série de tempêtes chaudes a commencé à briser la glace, qui s’était formée tard et était plus mince que d’habitude. À la fin du mois de mars, la mer de Béring était en grande partie ouverte, à un moment où la glace atteignait généralement son maximum pour l’année, qui a toujours atteint 900 000 kilomètres carrés (plus de deux fois la taille de la province de l’Alberta au Canada).

En avril, des scientifiques fédéraux américains ont annoncé que la couverture était encore inférieure à la faible étendue sans précédent de 2018 . À la mi-mai, la glace qui aurait dû persister jusqu’en juin avait presque entièrement disparu. Cette diminution de la glace de mer et la fonte du pergélisol ont des effets dévastateurs sur les villages de l’Alaska.

Depuis 2003, le Government Accountability Office des États-Unis a recensé au moins 31 communautés menacées par l’érosion menaçant les habitations, les routes et les sources d’eau potable. Trois villages – Kivalina, Newtok et Shishmaref – doivent déménager sans tarder ou cesser d’exister, une réalité traumatisante davantage mise en lumière par le chaud hiver de 2019.

De plus, la glace en voie de disparition coupe l’accès aux routes de chasse et de pêche, et le réchauffement de l’océan est en train de changer à l’endroit où l’on peut trouver des poissons et des mammifères marins. Cela a de réelles conséquences nutritionnelles dans un pays où de nombreux habitants continuent de pratiquer la chasse et la pêche pour subsister. Les flottes commerciales de crabe, de morue et de goberge luttent également avec ces changements »

La glace fond et produit des étendues d’eau

Au-delà des impacts immédiats sur les personnes et les infrastructures, moins de glace dans le Béring et dans la mer des Tchouktches, a des effets atmosphériques de grande portée en Alaska. Comme Thoman l’explique, la vaste étendue d’eau nouvellement ouverte créée des températures de l’air plus chaudes et fournit plus d’humidité aux tempêtes. Cela peut augmenter l’érosion côtière et les précipitations hivernales ou même produire une neige plus lourde loin à l’intérieur des terres. Les chercheurs étudient également si la disparition de la banquise affecte les régimes météorologiques continentaux.

alaska-fonte-de-la-glaceLa glace fond et produit des eaux de ruissellement.

Pendant ce temps, à des centaines de kilomètres au sud de Béring, le doux hiver a contribué à des températures de surface de la mer supérieures à la moyenne dans le golfe de l’Alaska. Les scientifiques disent que le golfe va certainement se réchauffer davantage au cours de l’été prochain. Pour plusieurs, y compris Rob Campbell, un océanographe en biologie du Centre des sciences de Prince William Sound, cela rappelle des souvenirs désagréables du Blob, une énorme étendue d’eau chaude qui s’est formée dans le golfe de l’Alaska en 2013. Elle a duré plus de deux ans dans la région.

«Aujourd’hui, nous ne voyons pas autant de chaleur dans le golfe qu’à partir de 2013», a déclaré Campbell. «Mais en général, le Nord du golfe est à 1,5 degré Celsius au-dessus de la moyenne. C’est une grosse anomalie à l’été approche., ce qui n’aidera pas.

Des conditions inquiétantes

Campbell trouve ces conditions inquiétantes. «Une telle chaleur continue a des effets en cascade», dit-il. « Et nous ne comprendrons peut-être pas les conséquences pour des espèces comme le saumon dans les années à venir. »

Alors que le printemps arrive, les températures se sont quelque peu modérées, mais une chaleur supérieure à la moyenne domine toujours dans la majeure partie de l’Alaska. Cela est particulièrement vrai dans l’Arctique, où les températures au mois de mai ont été supérieures à la normale presque tous les jours, parfois jusqu’à 10 degrés Celsius.

En conséquence, la glace de mer et les congères sont à des niveaux records. Pour les scientifiques, les anciens du village et d’autres, c’est le dernier indice des changements transformationnels qui s’accélèrent dans le Nord, et cela aura un impact dévastateur en Alaska, un endroit oublié de la planète.

Source : Smithsonian
Crédit photo sur Unsplash :  Ben Possehl /  Qiuhai Gao /  Steve Halama

https://live.staticflickr.com/65535/47973618086_5b78bc221d_b.jpg