Inkbit offre un système d’impression 3D novateur et unique

Produits https://live.staticflickr.com/65535/47999087432_d9de7d428a_b.jpg https://live.staticflickr.com/65535/47999087432_d9de7d428a_b.jpg Technologie Média 0 https://technologiemedia.net/2019/06/04/inkbit-offre-un-systeme-dimpression-3d-novateur-et-unique/#respond
890

starup-mit-imprimante-#D-yeux-IA

Les objets fabriqués avec une impression 3D peuvent être plus légers, plus solides et plus complexes que ceux produits avec les méthodes traditionnelles. Cependant, plusieurs problèmes techniques doivent être surmontés avant que l’impression 3D produise un objet.

Une startup qui propose un système d’impression 3D novateur

Les imprimantes disponibles dans le commerce ne proposent seulement que des matériaux à haute vitesse, de haute précision ou de haute qualité. Ils offrent rarement les trois, ce qui limite leur utilité en tant qu’outil de fabrication. Aujourd’hui, l’impression 3D est principalement utilisée pour le prototypage et la production à faible volume de pièces spécialisées.

Désormais, Inkbit, une startup du MIT, s’efforce de mettre tous les avantages de l’impression 3D sur une multitude de produits jamais imprimés – et vise des volumes qui perturberaient radicalement les processus de production dans une variété d’industries.

L’entreprise y parvient en associant son imprimante 3D multi-matériaux à jet d’encre à des systèmes de vision et d’apprentissage automatiques. Le système de vision analyse en détail chaque couche de l’objet lors de son impression pour corriger les erreurs en temps réel, tandis que le système d’apprentissage automatique utilise ces informations pour prévoir le comportement des matériaux et créer des produits finis plus précis.

Doter une imprimante 3D de yeux et de cerveaux

«Cette entreprise est née de l’idée de doter une imprimante 3D de yeux et de cerveaux», déclare le cofondateur et PDG d’Inkbit, Davide Marini, PhD ’03.

Cette idée ouvre toute une gamme d’applications pour la machine d’Inkbit. L’entreprise affirme pouvoir imprimer des documents plus flexibles avec beaucoup plus de précision que d’autres imprimantes. Si un objet, y compris une puce informatique ou un autre composant électronique, est placé dans l’imprimante, la machine peut imprimer avec précision les composants qui l’entourent. Et lorsqu’un objet est terminé, la machine conserve une réplique numérique qui peut être utilisée pour s’assurer de la qualité.

Inkbit est encore une entreprise en phase de démarrage. Elle possède actuellement une imprimante opérationnelle de qualité industrielle. Mais elle commencera à vendre des produits imprimés plus tard cette année, en commençant par un projet pilote avec Johnson and Johnson, avant de vendre ses imprimantes l’année prochaine.

Si Inkbit peut tirer parti de l’intérêt actuel des entreprises qui vendent des appareils médicaux, des produits de consommation et des composants d’automobiles, ses machines joueront un rôle de premier plan dans la production sur de nombreux marchés de plusieurs milliards de dollars au cours des prochaines années.

Une technologie transformatrice

« Tout le monde sait que les avantages de l’impression 3D sont énormes », déclare Marini. «Mais la plupart des gens ont du mal à l’adopter. La technologie n’existe tout simplement pas encore. Notre machine est la première à pouvoir apprendre les propriétés d’un matériau et à prévoir son comportement. Je pense que ce sera transformateur, car cela permettra à quiconque de passer d’une idée à un produit utilisable extrêmement rapidement. Cela ouvre des opportunités commerciales pour tout le monde. »

Ce système est conçu pour permettre aux utilisateurs de prototyper et de fabriquer de nouveaux objets sur la même machine. L’imprimante industrielle actuelle d’Inkbit dispose de 16 têtes d’impression permettant de créer des pièces multimatériaux et un bloc d’impression suffisamment grand pour produire des centaines de milliers de produits de la taille d’un poing chaque année (ou un nombre moindre de produits mais plus grands). La conception à jet d’encre sans contact de la machine signifie que l’augmentation de la taille des itérations ultérieures sera aussi simple que d’agrandir le bloc d’impression.

Les nouvelles capacités de la machine d’Inkbit signifient aussi que certains des matériaux que les fondateurs veulent imprimer ne sont pas disponibles. L’entreprise a donc créé certains de ses propres produits chimiques pour pousser les performances de leurs produits à la limite.

Un système exclusif permettant de mélanger deux matériaux juste avant l’impression sera disponible sur ces imprimantes qui seront livrées l’année prochaine. Le système de mélange de chimies en deux parties permettra à l’entreprise d’imprimer une gamme plus large de matériaux de qualité.

Aujourd’hui, les fondateurs passent une grande partie de leur temps à former des équipes de conception de produits qui n’ont jamais été en mesure d’imprimer en 3D leurs produits – sans parler d’incorporer des composants électroniques à des pièces imprimées en 3D.

Une imprimante pour des gens imaginatifs

Les concepteurs et les inventeurs devront peut-être attendre un moment avant de tirer pleinement parti des possibilités offertes par l’impression 3D multi-matériaux intégrée. Mais pour l’instant, Inkbit s’efforce de faire en sorte que, lorsque cet avenir se présentera, les personnes les plus imaginatives auront une machine avec laquelle travailler.

«Certains sont si en avance sur leur temps», déclare Matusik. « Je pense que ce sera vraiment fascinant de voir comment les gens vont utiliser notre système pour les produits finis. »

Source : MIT
Crédit photo : Pixabay

https://live.staticflickr.com/65535/47999087432_d9de7d428a_b.jpg