Du sang de type A transformé en sang universel

Pas de commentaire
biothechnologie https://live.staticflickr.com/65535/48038404901_b53f2502c6_o.jpg https://live.staticflickr.com/65535/48038404901_b53f2502c6_o.jpg Technologie Média 0 https://technologiemedia.net/2019/06/10/du-sang-de-type-a-transforme-en-sang-universel/#respond
846

sang-type-a-transformé-en-sang-universel-avec-des-enzymes

Chaque jour, les hôpitaux des États-Unis utilisent environ 16 500 litres de sang donné pour des chirurgies d’urgence, des opérations programmées et des transfusions de routine.

Transformer le sang de type A en sans universel

Mais les receveurs ne peuvent pas prendre n’importe quel sang: pour qu’une transfusion réussisse, les groupes sanguins du patient et du donneur doivent être compatibles.

Des chercheurs en analysant des bactéries dans l’intestin humain ont découvert que des microbes produisaient deux enzymes capables de convertir le sang de type A en un type plus universellement accepté. Si le processus pet être reproduit, les spécialistes du sang suggèrent qu’il pourrait révolutionner le don de sang et la transfusion sanguine.

«C’est une première et si ces données peuvent être reproduites, c’est certainement une avancée majeure», déclare Harvey Klein, expert en transfusion sanguine au centre clinique du National Institutes of Health de Bethesda, dans le Maryland, qui n’a pas participé au travail. .

Les gens ont généralement l’un des quatre types de sang — A, B, AB ou O — définis par des molécules de sucre à la surface de leurs globules rouges. Si une personne de type A reçoit du sang de type B, ou inversement, ces molécules, appelées antigènes du sang, peuvent amener le système immunitaire à déclencher une attaque mortelle contre les globules rouges.

Mais les cellules de type O sont dépourvues de ces antigènes, ce qui permet de transfuser ce groupe sanguin à n’importe qui. Cela rend ce sang «universel» ce qui particulièrement important dans les salles d’urgence, où les infirmières et les médecins n’ont peut-être pas le temps de déterminer le groupe sanguin d’une victime d’un accident.

Pour augmenter l’offre de sang universel, les scientifiques ont tenté de transformer le deuxième sang le plus répandu, le type A, en supprimant ses antigènes «définissant A» . Mais ils ont rencontré un succès limité, car les enzymes qui peuvent éliminer les sucres des globules rouges ne sont pas assez efficaces pour faire le travail de manière économique.

Une équipe au Canada ont recherché les meilleures enzymes

Après quatre années d’essais visant à améliorer ces enzymes, une équipe dirigée par Stephen Withers, biologiste en chimie à l’Université de la Colombie-Britannique (UBC) à Vancouver, au Canada, a décidé d’en rechercher une meilleure parmi les bactéries intestinales humaines. Certains de ces microbes s’accrochent à la paroi intestinale, où ils «mangent» les combinaisons de protéines et de sucre appelées mucines qui la recouvrent. Les sucres des mucines sont similaires à ceux qui définissent le type de globules rouges.

Peter Rahfeld, postdoctorant à l’Université de la Colombie-Britannique, a recueilli un échantillon de selles humaines et isolé son ADN, qui avait en théorie des gènes codants pour les enzymes bactériennes qui digèrent les mucines.

En découpant cet ADN et en chargeant différents morceaux dans des copies de la bactérie de laboratoire couramment utilisée Escherichia coli, les chercheurs ont vérifié si l’un de ces microbes produisait par la suite des protéines capables d’éliminer les sucres définissant le groupe A.

En ajoutant deux enzymes les sucres ont été éliminés

Au début, ils ne voyaient rien de prometteur. Mais quand ils ont testé deux des enzymes à la fois – en les ajoutant à des substances qui brillent si les sucres sont retirés – les sucres se sont détachés immédiatement. Les enzymes ont également fonctionné avec du sang humain.

Les enzymes provenaient à l’origine d’une bactérie intestinale appelée Flavonifractor plautii, Rahfeld, Withers et leurs collègues, dont les travaux ont été rapportés aujourd’hui dans Nature Microbiology, ont découvert que de petites quantités ajoutées à une unité de sang de type A pouvaient éliminer les sucres incriminés.

«Ces résultats sont très prometteurs en matière d’utilisation pratique», déclare Narla. Aux États-Unis, le sang de type A représente un peu moins du tiers de l’offre, ce qui signifie que la disponibilité de sang de donneur «universel» pourrait presque doubler.

Mais Narla dit qu’il reste encore beaucoup de travail à faire pour s’assurer que tous les antigènes A ont été éliminés, ce qui était un problème dans les efforts précédents. Les chercheurs doivent également s’assurer que les enzymes microbiennes n’ont pas altéré par inadvertance rien d’autre dans les globules rouges qui pourrait causer des problèmes.

Avoir la capacité de transformer le sang de type A augmenterait les réserves

Pour le moment, les chercheurs se concentrent uniquement sur la conversion du sang de type A, car il est plus courant que le sang de type B. Selon M. Withers, avoir la capacité de transformer le sang de type A en type O, «élargirait notre réserve de sang et atténuerait ces pénuries».

Source : Science
Crédit photo : Pixabay

https://live.staticflickr.com/65535/48038404901_b53f2502c6_o.jpg

0 thoughts on “Du sang de type A transformé en sang universel”

Écrivez ou commentez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *