Traiter l’inflammation cérébrale réduirait les acouphènes

Société https://live.staticflickr.com/65535/48091408186_1c7a1068eb_o.jpg https://live.staticflickr.com/65535/48091408186_1c7a1068eb_o.jpg Technologie Média 2 https://technologiemedia.net/2019/06/19/traiter-linflammation-cerebrale-reduirait-les-acouphenes/#comments
577

acouphènes-traitement

Si vous avez déjà été tenu éveillé par une sonnerie dans vos oreilles alors que tout le reste était silencieux, vous sauriez à quel point les acouphènes peuvent être dérangeants.

Un nouveau traitement contre les acouphènes

Des recherches menées par l’Université de l’Arizona ont peut-être permis de découvrir un nouveau traitement – non pas dans les oreilles, mais dans le cerveau. Cette étude suggère que la neuroinflammation est à blâmer et pourrait constituer un nouveau moyen de résoudre ce problème.

L’acouphène est lui-même un symptôme de perte auditive, provoquée par des bruits forts. Restez trop près des haut-parleurs lors de trop de concerts, ou passez toute votre vie à travailler dans une scierie sans protection et vous endommagerez votre audition de façon permanente. Mais au lieu de simplement réduire la gamme de sons que vous entendez, ces dommages peuvent déclencher des acouphènes sous forme de sifflement dans les oreilles.

Des études récentes ont peut-être trouvé le lien. L’inflammation est la réponse du corps aux dommages ou à l’infection, de sorte que la perte d’audition induite par le bruit (NIHL) pourrait provoquer une inflammation des voies auditives. Cela pourrait être ce qui déclenche les acouphènes. Mais pourquoi exactement cela est encore mal compris?

Des cytokines pro-inflammatoires et un facteur de nécrose tumorale alpha

Pour enquêter, des chercheurs se sont concentrés sur les souris avec une NIHL, en regardant la neuroinflammation dans le cortex auditif. L’équipe a découvert que, dans cette partie de leur cerveau, ces souris présentaient des taux plus élevés de molécules appelées cytokines pro-inflammatoires, et que les cellules appelées microglies semblaient être activées en plus grande quantité. On sait que ces deux facteurs sont impliqués dans les réponses neuroinflammatoires.

L’équipe a également identifié une molécule appelée facteur de nécrose tumorale alpha (TNF-α) impliquée dans la neuroinflammation et les acouphènes. Lorsque les chercheurs ont neutralisé le gène responsable du TNF-α, ils ont constaté que la neuroinflammation avait diminué et que les souris ne présentaient plus de signes d’acouphènes. Le même résultat a été montré lorsque le TNF-α était bloqué à l’aide de médicaments dans un autre groupe de souris.

Pour vérifier l’inverse de la connexion entre les acouphènes et le TNF-α, les chercheurs ont également injecté davantage de molécules dans le cortex auditif primaire d’autres groupes de souris. Effectivement, les molécules supplémentaires ont déclenché des acouphènes à la fois chez les souris ayant une audition normale et celles conçues pour être dépourvues de TNF-α.

Si les résultats se transmettent à l’homme, des médicaments qui bloquent le TNF-α pourraient devenir un tout nouveau traitement contre les acouphènes. Parmi les autres traitements potentiels, citons un casque développé par des chercheurs de l’Université du Michigan qui délivre de petites impulsions électriques dans le cerveau.

Les acouphènes en chiffres

Avec un taux assez élevé, ce nouveau traitement serait très apprécié s’il fonctionne chez l’humain. Par exemple un quart des Français aurait des bourdonnements d’oreille, au Canada 11,5 millions de personnes seraient affectées par ce problème.

Les résultats de cette recherche ont été publiés dans PLOS Biology.

Source : PLOS via Scimex
Crédit photo : Pixabay

https://live.staticflickr.com/65535/48091408186_1c7a1068eb_o.jpg

2 thoughts on “Traiter l’inflammation cérébrale réduirait les acouphènes”

  1. Ayant un fils qui souffre d’acouphènes depuis 12 ans
    Je suis ravie et j’espère que vraiment cette méthode fonctionne.

Les commentaires sont fermés