De nouvelles cellules sont plus sensibles au VIH

Société https://live.staticflickr.com/65535/48107441723_557e3c67b7_o.jpg https://live.staticflickr.com/65535/48107441723_557e3c67b7_o.jpg Technologie Média 0 https://technologiemedia.net/2019/06/22/de-nouvelles-cellules-sont-plus-sensibles-au-vih/#respond
718

nouvelles-sortes-de-cellules-sida-transmission

Des chercheurs de l’institut de recherche médicale Westmead ont découvert de nouvelles cellules immunitaires: connues sous le nom de cellules dendritiques CD11c +, ces nouvelles cellules sont plus sensibles à l’infection par le VIH et peuvent ensuite transmettre le virus à d’autres cellules.

Une nouvelle sorte de cellule responsable de l’infection au VIH

Les cellules dendritiques CD11c + sont un sous-ensemble de cellules dendritiques (un type de cellules immunitaires) que l’on ne trouve que dans les tissus génitaux humains, en particulier au niveau épithélial (la mince couche de tissu qui forme la surface) du vagin, du prépuce interne et de l’anus. Cette localisation dans les tissus génitaux signifie souvent que ces cellules récemment découvertes sont les premières cellules immunitaires à interagir avec le VIH.

L’un des principaux chercheurs de ce projet, le professeur associé Andrew Harmandu Westmead Institute for Medical Research, explique que le rôle de ces cellules dendritiques CD11c + est de capturer tout virus ou bactérie (agent pathogène) provoquant une maladie, puis de le transmettre aux cellules T CD4.

«Les cellules T CD4 sont responsables de la réponse immunitaire à un agent pathogène. Fait intéressant, ce sont également les principales cellules-cibles du VIH dans lesquelles le virus se réplique.

«Une fois que les cellules dendritiques ont capturé un agent pathogène, elles communiquent ce qu’elles ont trouvé aux cellules T CD4 dans le corps humain dans ganglions lymphatiques, donnant essentiellement au système immunitaire une mise à jour constante. Cette information prépare le système immunitaire à tolérer une bactérie ou un virus, ou à l’attaquer.

«Cependant, si les lymphocytes T CD4 tombent en dessous d’un certain niveau (par exemple chez les patients séropositifs), l’organisme n’est plus en mesure de déclencher une réponse immunitaire, ce qui mène au sida.

Ces nouvelles cellules sont plus sensibles au VIH

«Notre équipe de recherche a montré que les cellules dendritiques CD11c + récemment découvertes sont plus sensibles à l’infection par le VIH que toute autre cellule dendritique connue. Nous avons également montré que les cellules dendritiques CD11c + interagissaient plus efficacement que les autres cellules dendritiques avec les cellules T CD4.

Il est important de noter que les cellules dendritiques CD11c + transfèrent le virus aux cellules T CD4, ce qui en fait des facteurs clés de l’infection par le VIH. Comme ces cellules dendritiques sont très efficaces pour interagir avec les cellules T CD4, elles sont également des candidats pour de futurs vaccins.

L’équipe a pu découvrir ces cellules dendritiques CD11c + en utilisant des tissus génitaux donnés par plusieurs patients. Le professeur associé Harman a déclaré: «nous n’avons pu examiner le tissu que 30 minutes après son retrait chirurgical du corps. Nous avons également mis au point une technologie révolutionnaire d’ARNscope qui nous a permis de voir comment les cellules dendritiques vivantes CD11c + absorbaient le virus et le livrait aux cellules T CD4 », explique le professeur agrégé Harman

Cette découverte ouvre la voie à deux stratégies pour contrer le virus du sida

  • «Développer des stratégies pour bloquer la transmission du VIH. Si nous pouvons bloquer la capacité du VIH à se lier aux cellules dendritiques CD11c + qui sont souvent les premières cellules immunitaires à rencontrer le virus VIH, nous pouvons alors arrêter leur capacité à transmettre le virus aux cellules T CD4. Dans une situation où les niveaux de ces cellules ne sont pas suffisante en quantité, cela pourrait empêcher le virus de se propager.
  • «Utiliser cette nouvelle information pour développer un vaccin contre le VIH. Si des fragments du VIH inactivé étaient ciblés sur ces cellules dendritiques CD11c +, cela pourrait potentiellement déclencher une réponse immunitaire contre le VIH dès son entrée dans l’organisme », explique le professeur Cunningham.

Cette recherche est le fruit d’une collaboration entre plusieurs institutions, notamment l’Université de Sydney, l’Institut de médecine cellulaire, l’Université de Newcastle, l’Institut Peter Doherty pour les maladies infectieuses et immunitaires, et l’hôpital Royal North Shore.

Les résultats de cette recherche ont été publiés dans Nature Communications.

Source : Westmead Institute for Medical Research
Crédit photo sur Unsplash :  Priscilla Du Preez

https://live.staticflickr.com/65535/48107441723_557e3c67b7_o.jpg