La cause du syndrome des ovaires polykystiques enfin découvert

Société https://live.staticflickr.com/65535/48116819371_cfe27bb2ac_o.jpg https://live.staticflickr.com/65535/48116819371_cfe27bb2ac_o.jpg Technologie Média 0 https://technologiemedia.net/2019/06/23/la-cause-du-syndrome-des-ovaires-polykystiques-enfin-decouvert/#respond
726

syndrome-ovarien-polykystiques

La cause la plus fréquente d’infertilité féminine est le syndrome des ovaires polykystiques, lequel viendrait d’un déséquilibre hormonal avant la naissance. Cette découverte a permis de guérir des souris et un médicament devrait commencer à être testé chez les femmes plus tard cette année.

Le syndrome des ovaires polykystiques enfin élucidé

Le syndrome des ovaires polykystiques affecte jusqu’à une femme sur cinq dans le monde, dont les trois quarts luttent pour tomber enceinte. Cette maladie est généralement caractérisée par des taux élevés de testostérone, des kystes ovariens, des cycles menstruels irréguliers et des problèmes de régulation du sucre.

Mais les causes en sont restées longtemps mystérieuses. «C’est de loin la maladie hormonale la plus répandue chez les femmes en âge de procréer, mais elle n’a pas suscité beaucoup d’attention», déclare Robert Norman de l’Université d’Adélaïde en Australie.

Des traitements sont disponibles pour aider les femmes affectées à devenir enceintes, mais leur taux de réussite est généralement inférieur à 30% sur cinq cycles menstruels.

Des changements dans l’utérus

Paolo Giacobini de l’Institut national français de la santé et de la recherche médicale et ses collègues ont découvert que le syndrome pouvait être déclenché avant la naissance par une exposition excessive dans l’utérus à une hormone appelée hormone anti-Müllérienne.

Les chercheurs ont découvert que les femmes enceintes atteintes du syndrome des ovaires polykystiques avaient des taux d’hormone anti-Müllérien 30% plus élevés que la normale. Ce syndrome étant connu dans les familles, ils se sont demandé si ce déséquilibre hormonal au cours de la grossesse pouvait induire le même problème chez leurs filles.

Pour tester cette idée, ils ont injecté un excès d’hormones anti-Müllerian à des souris gravides. Au fur et à mesure que leur progéniture grandissait, elles ont présenté un grand nombre des caractéristiques du syndrome des ovaires polykystiques, notamment une puberté tardive, une ovulation peu fréquente, des retards dans la grossesse et un nombre réduit de grossesse.

L’excès de cette hormone semble avoir déclenché cet effet en stimulant de manière excessive un ensemble de cellules cérébrales qui augmentent le niveau de testostérone.

Une cure pour les souris et éventuellement pour les femmes

L’équipe a réussi à inverser cet effet chez les souris à l’aide de cétrorelix, un médicament utilisé couramment pour contrôler les hormones féminines. Après un traitement avec ce médicament, les souris ont cessé d’avoir des symptômes du syndrome des ovaires polykystiques.

L’équipe envisage maintenant de lancer un essai clinique avec du cétrorelix chez les femmes atteintes de cette maladie, qu’elle espère pouvoir commencer avant la fin de l’année. «Cela pourrait être une stratégie intéressante pour rétablir l’ovulation et éventuellement augmenter le taux de grossesse chez ces femmes», déclare Giacobini.

«C’est une nouvelle façon de penser radicalement au syndrome des ovaires polykystiques et elle ouvre toute une gamme de possibilités d’investigations plus poussées», déclare Norman.

Si ce syndrome est effectivement transmis des mères en filles par l’intermédiaire d’hormones dans l’utérus, cela pourrait expliquer pourquoi il est si difficile de déterminer la cause génétique de cette maladie, explique Norman. «C’est quelque chose sur lequel nous nous sommes butées depuis longtemps», dit-il.

Ces résultats expliqueraient certaines observations chez les femmes plus âgées

Ces résultats pourraient également expliquer pourquoi les femmes atteintes de ce syndrome semblent tomber plus facilement enceintes vers la fin de la trentaine et au début de la quarantaine, explique Norman.

On sait que les niveaux d’hormones anti-mullériennes diminuent avec l’âge, indiquant généralement une fertilité réduite. Mais chez les femmes qui commencent avec des niveaux élevés, des baisses liées à l’âge peuvent les amener dans la fourchette de fécondité normale – bien que cela reste à tester, dit Norman.

Les résultats de cette recherche ont été publiés dans Nature Medicine.

Source : New Scientist
Crédit photo sur Unsplash : ZACHARY STAINES

https://live.staticflickr.com/65535/48116819371_cfe27bb2ac_o.jpg