hormone-contre-douleur-articulations
À partir du premier trimestre de la grossesse, le corps des femmes commence à produire de la relaxine, une hormone qui relâche les muscles, les articulations et les ligaments des femmes enceintes.

Une hormone pour soulager et réparer l’arthrofibrose 

Lorsque Edward Rodriguez, MD, Ph.D., chef du service de traumatologie orthopédique au département de chirurgie orthopédique du Centre médical Beth Israel Deaconess (BIDMC), a observé que des patientes présentant une affection articulaire courante et douloureuse appelée arthrofibrose avaient été soulagées pendant et après la grossesse, il a contacté ses collègues du laboratoire pour confirmer ses soupçons selon lesquels la relaxine pouvait expliquer ce phénomène.
Il a étudié si les propriétés de relâchement des articulations de la relaxine pouvaient être appliquées pour soulager les symptômes de l’arthrofibrose. L’équipe a constaté que de multiples injections de relaxine humaine directement dans l’articulation rétablissaient l’amplitude des mouvements et amélioraient la santé des tissus dans un modèle animal.
«Les options de traitement actuelles pour l’arthrofibrose, telles que la thérapie physique et la prise de médicaments, n’apportent qu’un soulagement minime ou temporaire et n’abordent pas la source de la douleur et de la raideur», a déclaré Nazarian, professeur associé de chirurgie orthopédique à la Harvard Medical School. « Bien que d’autres recherches soient nécessaires, l’utilisation de cette hormone de grossesse dans le traitement de l’arthrofibrose pourrait offrir une opportunité sans précédent. »

L’arthrofibrose touche plus de cinq pour cent de la population

Plus courante dans les épaules, les genoux, les hanches, les poignets et les chevilles, l’arthrofibrose touche plus de cinq pour cent de la population en général. Cette maladie est caractérisée par une douleur accompagnée d’une réduction de l’amplitude des mouvements. L’arthrofibrose est provoquée par une accumulation excessive de tissu cicatriciel dans l’articulation, provoquée notamment par une blessure, un traumatisme, une immobilité prolongée ou une intervention chirurgicale.
Dans cette étude, utilisant des cellules humaines in vitro, Nazarian et ses collègues ont montré qu’une version spécifique de l’hormone, la relaxine humaine-2, inhibait la production de tissu cicatriciel en réduisant de manière indirecte la production de collagène.
Ensuite, ils ont montré, dans un modèle animal que de multiples injections dans l’articulation produisaient des améliorations significatives et durables de l’amplitude des mouvements, contrairement à une injection unique dans l’articulation ou à un traitement systémique. De même, lorsque les scientifiques ont examiné les tissus articulaires, les animaux qui avaient reçu plusieurs injections de relaxine ont semblé subir des modifications indiquant une guérison réparatrice.

Une hormone naturelle et bien tolérée

D’autres études seront nécessaires avant d’étudier l’efficacité de la relaxine comme traitement de l’arthrofibrose chez l’homme, mais l’équipe est optimiste sur le fait que cette hormone naturelle et bien tolérée, pourrait soulager des millions de personnes.
«L’arthrofibrose est une maladie répandue qui touche toutes les articulations. Son incidence élevée, ses options de traitement limitées et les résultats médiocres des autres solutions, permet à cette hormone d’être une véritable alternative non chirurgicale efficace et puissante.», a déclaré Rodriguez, professeur associé de chirurgie orthopédique à Harvard Medical. « La délivrance locale de relaxine-2 offre un changement de paradigme potentiel dans le traitement des millions d’individus atteints d’arthrofibrose. »
Les résultats de cette étude sont publiés dans PNAS.
Source : Beth Israel Deaconess Medical Center
Crédit photo sur Unsplash : Jesper Aggergaard