algues-poussent-à-un-endroit-inattendu
C’est un mystère aux proportions océaniques: sargassum – une algue commune dans l’Atlantique Nord – a commencé à pousser dans une étendue de haute mer entre l’Afrique et l’Amérique du Sud en 2011, un endroit où elle était rarement vu auparavant.

Des algues poussent à un endroit rarement vu auparavant

Ces algues tropicales ont depuis pris de l’ampleur, balayant sans cesse les plages atlantiques et Caribéennes, piégeant des tortues de mer nicheuses et perturbant les industries touristiques locales.
En 2018, la floraison tropicale a atteint un record de 20 millions de tonnes, soit environ 10 fois la taille de la floraison de 2011. Les chercheurs pensent maintenant qu’ils ont peut-être résolu le mystère de la croissance soudaine des algues.
Les floraisons de sargasses tropicales semblent s’être développées au cours des années où l’océan Atlantique central regorgeait d’éléments nutritifs, selon des enregistrements satellites. L’équipe d’océanographes a annoncé aujourd’hui dans Science que certains éléments nutritifs provenaient de sources naturelles; le résultat de la remontée d’eau riche en éléments nutritifs le long de la côte Ouest de l’Afrique. Mais certains d’entre eux ont été déposés dans l’océan par le fleuve Amazone; une source d’éléments nutritifs qui pourrait être en augmentation du fait des activités forestières et agricoles.
Les océanographes n’ont pas eu de mesures directes des niveaux de nutriments pour toutes les années de leur étude, mais ils ont pu déduire les niveaux de nutriments en examinant la quantité de chlorophylle A dans les eaux de surface, un pigment végétal présent dans le phytoplancton et d’autres algues et reflétant une proportion plus élevée de lumière verte que l’océan environnant.

L’augmentation de sargassum pourrait devenir la nouvelle normalité

En 2009, les niveaux de chlorophylle ont augmenté dans le panache du fleuve Amazone – la partie de l’océan Atlantique qui reçoit des écoulements de l’Amazon – et ils sont restés élevés pendant la plupart des années suivantes, probablement en raison de la hausse des taux de déforestation et de l’utilisation d’engrais en amont.
L’équipe pense que ces années de flux importants de nutriments ont peut-être contribué à déclencher la croissance de sargassum dans une partie de l’océan où il n’avait jamais proliféré auparavant.
Il faudra plusieurs années d’observation pour mieux comprendre les conditions – température de la surface de la mer, teneur en éléments nutritifs, salinité – qui favorisent une prolifération extrêmement importante de sargassum. Mais pour l’instant, l’équipe de recherche craint que les vagues de sargassum tropical ne soient la nouvelle normalité.
Source : Science
Crédit photo : Pixabay