erreur-réchauffement-plus-fort-que-prévu
Un oubli des données météorologiques historiques signifie que nous avons sous-estimé l’ampleur du réchauffement du climat du siècle dernier. Cette découverte signifie que nous sommes à 0,1 ° Celsius plus près de dépasser la limite de 2 ° Celsius convenue sur le plan international que nous le pensions.

Le réchauffement a été plus fort que nous ne le pensions

«Le réchauffement climatique a été plus fort que nous ne le pensions», déclare Rasmus Benestad de l’Institut météorologique norvégien d’Oslo, qui a dirigé cette nouvelle analyse.
Le problème provient de la création des premières stations météorologiques dans le monde. «Au début des enregistrements de température, vous aviez la plupart des mesures en Europe et en Amérique du Nord, ainsi que le long des routes commerciales», a déclaré Benestad. « La zone couvrait environ 20% de la surface de la Terre. »
Cela a été un thème favori des climatoseptiques, dont certains ont fait valoir que la température enregistrée est trop incomplète pour être fiable. Mais en réalité, les températures ont tendance à être similaires d’une région à l’autre.
«Si vous avez un hiver chaud en Grande-Bretagne, vous avez tendance à avoir un hiver chaud dans la plupart des pays d’Europe», explique Benestad. En conséquence, les climatologues ont en grande partie pu combler les lacunes des premiers enregistrements et il existe un degré de confiance élevé quant au réchauffement de la Terre dû aux émissions de gaz à effet de serre.

L’équipe a trouvé un problème encore plus subtil

Cependant, Benestad et ses collègues ont trouvé un problème plus subtil. Les premières stations météorologiques étaient toutes situées dans des régions où la température ne variait pas beaucoup d’un mois à l’autre. Ce n’est que dans les décennies suivantes que des stations ont été construites dans des endroits comme la Sibérie, où les changements d’un mois à l’autre sont plus importants.
Pour déterminer s’il s’agissait d’un problème, l’équipe de Benestad a mis au point des modèles informatiques du climat mondial pour les années 1861 à 2017 et a noté l’évolution de la température moyenne mondiale simulée.
Ensuite, ils ont à nouveau calculé la moyenne mondiale, cette fois en limitant l’utilisation par les modèles des données correspondant aux stations météorologiques présentes chaque année.

Le réchauffement a été sous-estimé de 0,1 ° Celsius

Ils ont constaté que le choix des premières stations météorologiques créait un problème. Les anciens relevés des températures étaient un peu trop chauds, tandis que les plus récents étaient un peu trop froids. Le résultat net est que le réchauffement entre 1881-1910 et 1986-2015 a été sous-estimé de 0,1 ° Celsius.
Le résultat est que «l’espace sûr» dans lequel nous pouvions continuer à brûler des combustibles fossiles est plus petit que nous le pensions.
Cette recherche a été publiée dans Geophysical Research Letters.
Source : New Scientist
Crédit photo : Pixabay

Une erreur révèle que la Terre s'est davantage réchaufféemartinChangement Climatique
Un oubli des données météorologiques historiques signifie que nous avons sous-estimé l'ampleur du réchauffement du climat du siècle dernier. Cette découverte signifie que nous sommes à 0,1 ° Celsius plus près de dépasser la limite de 2 ° Celsius convenue sur le plan international que nous le pensions. Le réchauffement a...