astéroïdes-sèment-la-vie-panspermie-univers
La Terre est le seul endroit où nous sommes certains de rencontrer de la vie, mais compte tenu de la taille de l’Univers observable, les chances que nous soyons complètement seuls sont minces. Il a déjà été suggéré, que dans le passé la vie pouvait emprunter des astéroïdes ou des comètes pour sauter d’un monde à l’autre – un processus connu sous le nom de panspermie; et maintenant, une équipe de Harvard a calculé à quel point ce scénario serait probable tout au long de la Voie lactée. En résumé: c’est très probable !

Les astéroïdes seraient des semeurs de vie galactiques

On pense généralement que la panspermie est possible dans un système planétaire. Après tout, les scientifiques s’efforcent de stériliser les engins spatiaux afin d’empêcher les microbes terrestres de contaminer d’autres mondes. Les astéroïdes pourraient faire la même chose naturellement, en particulier dans un système comme TRAPPIST-1, un voisin proche hébergeant sept planètes serrées les unes contre les autres. Mais la panspermie pourrait-elle fonctionner à l’échelle galactique?
Selon l’équipe de l’Université Harvard, c’est possible. Les chercheurs ont calculé qu’il pourrait y avoir jusqu’à 10 billions d’objets de la taille d’un astéroïde qui transportent la vie autour de la galaxie. Les objets plus grands abritant de la vie seraient plus rares, mais encore assez courants : l’équipe estime que jusqu’à 100 millions d’objets de la taille d’Encelade – une lune de Saturne qui mesure 500 km de large – et environ 1000 de ces mondes de la taille de la Terre pourraient abriter de la vie ou du matériel prébiotique.
« La plus grande préoccupation des gens depuis longtemps avec cette idée était que les rayons ultraviolets détruiraient ce matériel prébiotique, a déclaré Idan Ginsburg, principal auteur de l’étude. « Mais il s’avère que si vous êtes protégé, ne serait-ce que de quelques centimètres, par un rocher ou une glace, c’est une protection suffisante.
Il existe des formes de vie encore plus complexes, comme les tardigrades, qui peuvent survivre dans l’espace. Elles passent simplement en hibernation. nous savons que les microbes d’une planète peuvent survivre en étant éjectés dans l’espace et en théorie, survivre à la rentrée atmosphérique pour passer d’une planète à l’autre. »

Un trou noir expulserait des éléments semeurs de vie

Mais pour calculer les chances que cela se produise, il nous faudrait regarder au-delà de notre coin tranquille du cosmos vers des lieux plus actifs. Et peu d’endroits sont aussi actifs que le centre galactique, où le trou noir supermassif peut projeter des objets vers l’extérieur.
« Notre système solaire est relativement stable, mais il y a d’autres endroits, en particulier au centre de la galaxie, où les choses sont beaucoup plus dynamiques et où les objets peuvent être et sont expulsés très souvent », déclare Ginsburg. « Les planètes, les planétésimaux, les comètes, les lunes, les astéroïdes – tout cela devrait être abondant dans le centre galactique, afin que le centre galactique puisse agir comme un pissenlit et répandre ses semences dans le reste de la galaxie. »
Pour en arriver à ces conclusions, l’équipe a dû prendre en compte de nombreuses variables et déterminer la probabilité que la vie se propage de cette manière. Ils expliquaient les vitesses différentes des objets de tailles différentes éjectés par le trou noir, leur probabilité d’être capturés par la gravité des autres étoiles, la durée de ce voyage et la vigueur de différents types de vie.
À la fin de leur modélisation, l’équipe a découvert que la panspermie se produisait vraisemblablement à l’échelle galactique, avec potentiellement des trillions d’objets porteurs de vies. Selon les chercheurs, les plus grandes chances d’être capturé par les étoiles étaient les objets parcourant entre 10 et 100 km par seconde, mais cela pourrait tout de même se produire à une vitesse supérieure à 1 000 km par seconde.

Une simple théorie mais convaincante

Bien sûr, ceci est purement hypothétique pour le moment, mais c’est une recherche convaincante. L’objectif ultime serait d’observer la panspermie en action, mais avec la technologie actuelle, il semble que cela pourrait être très lointain. Pour le moment, les astronomes devront commencer par trouver des traces de microbes dans des échantillons de sol ou d’astéroïdes martiens.
Cette recherche a été publiée dans Astrophysical Journal Letters.
Source : Harvard
Crédit photo : Pixabay

Une étude suggère que les astéroïdes sèment la vie dans la galaxiemartinEspace
La Terre est le seul endroit où nous sommes certains de rencontrer de la vie, mais compte tenu de la taille de l’Univers observable, les chances que nous soyons complètement seuls sont minces. Il a déjà été suggéré, que dans le passé la vie pouvait emprunter des astéroïdes ou...