Une combinaison de médicaments contre le cancer

Société https://live.staticflickr.com/65535/48256166171_46326cae45_b.jpg https://live.staticflickr.com/65535/48256166171_46326cae45_b.jpg Technologie Média 0 https://technologiemedia.net/2019/07/11/une-combinaison-de-medicaments-contre-le-cancer/#respond
693

combo-médicaments-contre-le-cancer(1)

Une vaste gamme de médicaments est en cours de développement pour aider à lutter contre le cancer, mais parfois, ils fonctionnent mieux lorsqu’ils sont sont en pair.

Un duo de médicaments très efficaces contre le cancer

Des chercheurs du MIT ont maintenant identifié un surprenant nouveau duo de médicaments, combinant deux classes qui commencent déjà à être largement utilisées. Fait intéressant, ce duo semble fonctionner d’une manière complètement différente de celle attendue par les scientifiques.

Les chercheurs ont commencé avec une classe de médicaments appelés inhibiteurs de la PLK1, qui se sont révélés efficaces dans le passé et qui commencent à être testés au cours d’essais cliniques de phase 2. L’équipe à cherché à renforcer les effets de ce type de médicament afin de voir s’il pouvait être encore plus efficace.

Les inhibiteurs de la PLK1 agissent principalement en jouant avec la mitose, un processus utilisé par les cellules cancéreuses pour se diviser et se répandre. Mais ils ont des effets secondaires, ils peuvent également causer des dommages oxydatifs aux cellules – et c’est à ce niveau que l’équipe a voulu intervenir,

Les chercheurs ont estimé que les inhibiteurs de la PLK1 pourraient être encore plus efficaces contre le cancer s’ils étaient associés à un autre médicament empêchant les cellules de réparer les dommages oxydatifs.

Un médicament appelé TH588 a fonctionné. L’équipe les a donc associés et les a testés sur différents types de cellules cancéreuses. Ce duo a très bien fonctionné. Les chercheurs ont découvert qu’ils pouvaient réduire considérablement la quantité de chaque médicament utilisé. Dans certains cas, en les combinant, ils pouvaient utiliser que 10% de la dose initiale de chaque médicament tout en obtenant la même efficacité contre les cancers.

Une combinaison qui offre une grande synergie 

« C’est vraiment frappant », déclare Brian Joughin, premier auteur de l’étude. « Ces résultats permettent de voir qu’il y a une plus grande synergie que ce que vous voyez normalement d’une combinaison de médicaments. »

De plus, en regardant de plus près, l’équipe réalisa que la puissance de cette paire de médicaments n’était pas du tout due à des dommages oxydatifs. Après avoir effectué une analyse logicielle et effectué des expériences supplémentaires, l’équipe a découvert que le TH588 se situe exactement sur la même cible que l’inhibiteur de la PLK1 – le fuseau mitotique, une structure qui se forme quand une cellule se prépare à se diviser.

« La combinaison que nous avons trouvée était très peu évidente », déclare Michael Yaffe, chercheur principal de cette étude. « Je n’aurais jamais donné deux médicaments qui visaient tous deux le même processus et qui n’offraient rien de mieux que des effets additifs. »

Cette découverte surprise comporte quelques avantages. Parce que ce duo cible un processus de division cellulaire que seul le cancer utilise, un traitement se resserre sur les tumeurs et n’endommage pas les cellules saines. Les deux médicaments sont également assez courants, ce qui signifie que des essais cliniques pourraient avoir lieu plus rapidement que s’il fallait tester un nouveau médicament. L’équipe croit que cela ne prendra peut-être qu’un an ou deux.

Des médicaments qui existent déjà

« Cela est une combinaison d’une classe de médicaments que beaucoup de gens utilisent déjà, avec un autre type de médicaments que plusieurs compagnies développent », a déclaré Yaffe. « Je pense que cela ouvre la possibilité d’un traitement plus rapide chez les patients. »

En plus de cela, l’analyse a permis à l’équipe de mieux comprendre la division des cellules cancéreuses et de dévoiler la possibilité de développer de nouveaux médicaments pour interrompre ce processus. En fait, on sait déjà que les médicaments existants ont certains de ces effets, mais ils n’avaient jamais été appliqués à des traitements contre le cancer.

Cette recherche a été publiée dans Cell Systems.

Source : MIT
Crédit photo : Pixabay

https://live.staticflickr.com/65535/48256166171_46326cae45_b.jpg