Des nanoparticules pourraient prévenir la paralysie

Pas de commentaire
biothechnologie https://live.staticflickr.com/65535/48261275672_942c3bc3eb_b.jpg https://live.staticflickr.com/65535/48261275672_942c3bc3eb_b.jpg Technologie Média 0 https://technologiemedia.net/2019/07/12/des-nanoparticules-pourraient-prevenir-la-paralysie/#respond
468

des-nanoparticules-contre-la-paralysie(1)

Lorsqu’une lésion de la moelle épinière se produit, c’est parfois le système immunitaire du corps qui provoque une paralysie. Dans un avenir pas si lointain, cependant, il sera possible d’injecter des nanoparticules sur le site de la blessure afin de contrôler les cellules immunitaires bien intentionnées mais destructrices.

Des nanoparticules contre les lésions de la moelle épinière 

Habituellement, lorsqu’elles se rendent sur le lieu d’une blessure, les cellules immunitaires aident à la guérison en nettoyant les débris et en amorçant le processus de régénération.

Les tissus nerveux du système nerveux central peuvent toutefois être endommagés par l’activité de ces cellules. Normalement, ces tissus sont protégés des cellules par une membrane appelée barrière hémato-encéphalique. En cas de lésion de la moelle épinière, la barrière est franchie et les cellules immunitaires entrent en jeu.

Lorsque cela se produit, l’inflammation qui en résulte tue les neurones, détruit la gaine isolante de myéline des cellules nerveuses, ce qui leur permet de communiquer efficacement et produit des cicatrices qui empêchent les cellules nerveuses de se régénérer. Dans certains cas, un ou plusieurs de ces facteurs entraînent une paralysie sur le site de la blessure.

Les nanoparticules reprogramment les cellules immunitaires

C’est là que les nouvelles nanoparticules entrent en jeu. Développés à l’Université du Michigan, des chercheurs ont fabriqué des nanoparticules à partir d’un polymère biodégradable appelé poly (acide lactique-co-glycolique), qui contient aucun médicament pouvant potentiellement causer des effets indésirables. Au lieu de cela, les nanoparticules se lient aux cellules immunitaires qui se trouvent près de la blessure, afin de les reprogrammer.

Cela force la plupart des cellules à s’éloigner de la blessure, tandis que d’autres cellules qui produisent moins d’inflammation qu’elles ne le feraient autrement sont renforcées.

Ces nanoparticules ont déjà été testées avec succès sur des souris. On espère qu’une fois développée, cette technologie pourra être utilisée dans un dispositif de type EpiPen qui serait injecté le plus rapidement possible après une blessure.

Une technologie qui offre de nombreuses possibilités

« Le système immunitaire est à la base des maladies auto-immunes, du cancer, des traumatismes, de la régénération – presque toutes les maladies importantes », a déclaré le professeur Lonnie Shea, scientifique principal. « Les outils permettant de cibler les cellules immunitaires et de les reprogrammer pour obtenir la réponse souhaitée offrent de nombreuses possibilités de traitement ou de gestion des maladies. »

Un article sur cette recherche a récemment été publié dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences.

Source : University of Michigan
Crédit photo : Pixabay

https://live.staticflickr.com/65535/48261275672_942c3bc3eb_b.jpg

0 thoughts on “Des nanoparticules pourraient prévenir la paralysie”

Écrivez ou commentez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *