Un vaccin de rappel pour des thérapies plus efficaces contre le cancer

biothechnologie https://live.staticflickr.com/65535/48267233597_b71ac14c5b_b.jpg https://live.staticflickr.com/65535/48267233597_b71ac14c5b_b.jpg Technologie Média 0 https://technologiemedia.net/2019/07/12/un-vaccin-de-rappel-pour-des-therapies-plus-efficaces-contre-le-cancer/#respond
585

renforcer-immunothérapie-avec-vaccin-de-rappel

La thérapie cellulaire CAR-T consiste à éliminer les cellules T d’un patient, puis à les programmer pour cibler les protéines présentes à la surface des cellules cancéreuses, et à les réintroduire dans l’organisme. Cette technique s’est révélée efficace contre certaines formes de leucémie, mais elle n’a pas bien fonctionné pour d’autres types de cancer, notamment les tumeurs solides.

Une technique pour renforcer le traitement par des cellules CAR-T

Des chercheurs du MIT ont donc cherché un moyen d’accroître l’efficacité du traitement par CAR-T. Leur hypothèse était que les cellules T pourraient être enfermées par l’environnement suppresseur que les tumeurs ont tendance à construire autour d’elles-mêmes. Ils ont décidé de rechercher si un vaccin pourrait aider le système immunitaire à surmonter ces défenses.

Le vaccin qu’ils ont créé est conçu pour rassembler les cellules CAR-T dans les ganglions lymphatiques afin de lutter contre la tumeur. Pour ce faire, le vaccin contient une molécule grasse appelée queue de lipide qui permet au médicament de se rendre directement aux ganglions lymphatiques. Une fois sur place, le principe actif est un antigène qui envoie les cellules T après le cancer.

« Notre hypothèse était que, si vous stimuliez ces lymphocytes T via leur récepteur CAR dans le ganglion lymphatique, ils recevraient le bon ensemble d’indices d’amorçage afin de les rendre plus fonctionnels afin qu’ils puissent résister à la fermeture et continueraient à fonctionner lorsqu’ils entreraient dans le système de la tumeur « , dit Darrell Irvine, auteur principal de l’étude.

L’équipe a testé ce vaccin sur des souris atteintes d’un glioblastome, d’un mélanome ou d’un cancer du sein et a constaté une amélioration considérable de la réponse des lymphocytes T. Les souris ont reçu environ 50 000 cellules CAR-T, puis un vaccin de rappel le lendemain, puis à nouveau une semaine plus tard. Chez 60% des souris, les tumeurs ont été complètement éliminées.

Cela est probablement dû à l’augmentation du nombre de cellules CAR-T, qui, deux semaines après le traitement, représentaient 65% de la population totale de cellules T. En revanche, chez les souris auxquelles on avait administré des cellules CAR-T mais pas de vaccin, les tumeurs solides n’avaient aucun effet et les cellules CAR-T elles-mêmes étaient difficiles à détecter dans le sang.

Cette technique semble également empêcher les tumeurs de réapparaitre

Cette technique semblait également empêcher les tumeurs de réapparaitre plus tard. L’équipe a injecté de nouvelles cellules tumorales, du même type que les tumeurs d’origine, aux souris 75 jours après le traitement. Effectivement, le système immunitaire n’a eu aucune difficulté à les éliminer. Cinquante autres jours plus tard, l’équipe a injecté différentes cellules tumorales et, encore une fois, les cellules CAR-T des animaux les ont éliminées.

Aussi prometteur que cette recherche puisse paraître jusqu’ici, il convient de garder à l’esprit que cela a été réalisé chez des souris et pourrait ne pas être efficace  chez l’homme. Cela dit, l’équipe a effectué des tests préliminaires avec des cellules T humaines en laboratoire et a constaté que cela fonctionnait bien, ce qui constitue un bon premier pas vers des tests in vivo chez l’homme.

L’équipe espère que cette technique permettra de passer à des essais cliniques sur l’homme d’ici un an ou deux.

Cette recherche a été publiée dans la revue Science.

Source : MIT
Crédit photo : Pixabay

https://live.staticflickr.com/65535/48267233597_b71ac14c5b_b.jpg