liquide-céphalorachidien-sclérose-en-plaques
Les personnes atteintes des formes les plus graves de sclérose en plaques ont souvent des mitochondries dysfonctionnelles dans leurs neurones. Modifier la composition du liquide céphalo-rachidien pourrait être un nouveau moyen de remédier à ce problème et pourrait un jour aider à traiter cette maladie.

Des mitochondries dysfonctionnelles

Puisque le cerveau baigne dans le liquide céphalo-rachidien, il est logique de penser que la SEP peut être traitée en modifiant ce liquide, a déclaré Patrizia Casaccia de la City University de New York dans un communiqué.
Pour tester cette approche, elle et ses collègues ont prélevé du liquide céphalo-rachidien chez des personnes présentant des attaques intermittentes de symptômes de la SP – appelées SP récidivante ou rémittente – et chez 29 personnes présentant des formes progressives et plus sévères de cette maladie.
L’équipe a ensuite placé des neurones de rat dans ces échantillons de liquide céphalo-rachidien et a utilisé un traceur fluorescent pour voir le comportement des mitochondries dans ces neutrons.

Des mitochondries allongées

Les mitochondries produisent de l’énergie et sont comme les centrales énergétiques des cellules. Lorsque l’équipe a filmé les mitochondries des rats, elles ont constaté qu’ils s’allongeaient lorsqu’elles étaient exposées au liquide de personnes atteintes de SEP progressive. Mais elle ne voyait pas la même chose quand ils étaient dans le liquide de personnes atteintes de SEP en rechute.
Ces mitochondries allongées produisent moins d’énergie que celles qui sont normales et finissent par tuer les neurones. Des recherches antérieures avaient démontré que les mitochondries s’allongeaient dans le but de produire plus d’énergie lorsqu’il existe une plus grande demande ou une faible disponibilité de glucose.
L’équipe a découvert que le liquide céphalo-rachidien provenant de personnes atteintes de SEP progressive présentait des taux élevés de céramides, un type d’acide gras. Exposer les neurones à des céramides s’est avéré suffisant pour que leurs mitochondries s’allongent de la même manière que lorsqu’elles étaient exposées au liquide céphalo-rachidien provenant de personnes atteintes de SEP progressive.

Modifier le liquide céphalo-rachidien

«Nous avons en outre découvert que les céramides induisaient des lésions neuronales en agissant sur deux mécanismes cellulaires», a déclaré Maureen Wentling de la faculté de médecine Icahn du mont Sinaï à New York dans un communiqué. «D’un côté, les céramides ont altéré la capacité des neurones à produire de l’énergie en endommageant directement les mitochondries. D’autre part, ils ont également forcé les neurones à absorber plus rapidement le glucose afin de fournir de l’énergie aux cellules. »
L’équipe a pu compenser cet effet neurotoxique en ajoutant du glucose au liquide céphalo-rachidien. Ils disent que ce n’est pas une approche durable pour les personnes atteintes de sclérose en plaques, mais que leurs résultats pourraient mener à de nouvelles thérapies.
Cette recherche a été publiée dans Brain.
Source : New Scientist
Crédit photo : Pixabay

Modifier le liquide céphalo-rachidien pour traiter la SEPmartinBiologie
Les personnes atteintes des formes les plus graves de sclérose en plaques ont souvent des mitochondries dysfonctionnelles dans leurs neurones. Modifier la composition du liquide céphalo-rachidien pourrait être un nouveau moyen de remédier à ce problème et pourrait un jour aider à traiter cette maladie. Des mitochondries dysfonctionnelles Puisque le cerveau...