"neuralink-elon-musk
Plus de deux ans ont passé depuis que Neuralink d’Elon Musk a fait parlé d’elle, une startup ambitieuse et mystérieuse qui se concentre sur le développement d’interfaces cerveau-machine permettant de connecter nos esprits à des machines.

Les premiers implants de Neuralink dès l’année prochaine

Depuis lors, peu de choses ont été révélées, mais l’entreprise est sortie de l’ombre aujourd’hui pour partager quelques-unes de ses nombreuses ambitions, notamment son principal projet qui consiste à implanter ses premières puces chez l’homme dès le début de l’année prochaine.
Il y a plusieurs bonnes raisons pour lesquelles nous pourrions vouloir relier notre cerveau à des machines, et il y a déjà plusieurs façons de le faire. Les principales méthodes consistent à placer des électrodes sur le cuir chevelu ou directement dans le cerveau pour capter les signaux électriques qu’il émet, puis de les décoder.
Comme nous l’avons vu ces dernières années, ces ondes cérébrales pourraient être utilisées pour contrôler des drones ou un exosquelette, permettre aux personnes paralysées de reprendre le contrôle de leurs membres ou d’utiliser des tablettes et des ordinateurs avec nos pensées. Dans l’état actuel des choses, le nombre d’informations qu’elles peuvent relayer du cerveau est limité, ce qui est l’un des problèmes clés que Neuralink veut résoudre.
Selon Elon Musk, la motivation pour une nouvelle interface améliorée entre le cerveau et la machine est d’abord de comprendre et de traiter les troubles cérébraux, puis d’améliorer notre cerveau pour créer une sorte de « symbiose » avec des machines intelligentes, plutôt que de nous les laisser guider par elles sans trop savoir comment elles pourraient réagir à divers stimuli.
« Grâce à une interface cerveau-machine à large bande passante, nous pouvons participer à une sorte de randonnée scientifique et avoir la possibilité de fusionner avec l’IA », a-t-il déclaré.

Des implants de 10 électrodes capables de lire les signaux du cerveau

Lors d’une présentation faite aujourd’hui, Musk et d’autres employés de Neuralink ont ​​détaillé un nouveau type d’interface cerveau-machine qui, entre autres améliorations, augmenterait considérablement la bande passante de ces implants. Musk a déclaré que les meilleurs dispositifs approuvés par la FDA utilisent environ 10 électrodes pour traiter la maladie de Parkinson.
Le premier réseau d’électrodes de Neuralink, quant à lui, est une toute petite puce appelée N1, doté de 1 000 canaux. Plutôt que des électrodes rigides pouvant présenter un risque de blessure, la matrice N1 utilise de minuscules fils flexibles qui font environ un tiers de diamètre d’un cheveu humain.
Celles-ci seraient intégrées dans le tissu cérébral par un chirurgien robotique, que Neuralink a également mis au point pour insérer en toute sécurité les électrodes sans provoquer de rupture des vaisseaux sanguins dans le cerveau.
Une fois implantés, les capteurs N1 seraient capables de lire les signaux du cerveau ou, le cas échéant, de stimuler le cerveau avec ses propres signaux, à des largeurs de bande beaucoup plus grandes que ce qui est actuellement possible de faire. Ces données seraient transmises à un dispositif implanté chirurgicalement derrière l’oreille, qui les transmettrait ensuite à un ordinateur sans fil.
neuralink-implant-exemple-musk
Initialement, Neuralink voulait permettre à ses utilisateurs de contrôler leurs smartphones via la puce N1, ce qui, selon Musk, serait comme « apprendre à taper au clavier [pour] jouer du piano ». L’entreprise espère lancer des essais cliniques utilisant des versions rudimentaires de son système chez l’homme en 2020, bien qu’elle avoue que ce calendrier soit « ambitieux ».

Quatre puces N1 insérées dans le cerveau de tétraplégiques

Ces essais impliqueraient un ensemble de quatre puces N1 cousues dans le cerveau de tétraplégiques ayant subi des lésions de la moelle épinière. Pour commencer, et probablement pendant un certain temps, les puces N1 seront implantées par une chirurgie classique sous anesthésie générale, mais dans le futur, cela sera fait avec son chirurgien robotique – ce qui selon Elon Musk sera beaucoup plus simple. Après avoir été implanté, l’appareil fonctionnerait sans fil et durerait idéalement pendant des années, voire des décennies.
Neuralink a évoqué quelques-uns des tests effectués jusqu’à présent sur des animaux, décrivant les résultats comme « très prometteurs ». Bien qu’il n’ait pas partagé plus de détails lors de la présentation. Bloomberg rapporte que le robot a pu placer les fils et les électrodes correctement autour de 87 pour cent du temps, et que les données recueillies sur des rats étaient environ 10 fois supérieures à ce que la technologie actuelle est capable de faire.
L’objectif de 2020 pour ses premiers implants semble extrêmement optimiste, ce qui n’est pas inhabituel pour une entreprise dirigée par Elon Musk qui a toujours eu des idées innovantes et parfois extravagantes. Neuralink aura besoin de prouver la sécurité de ses puces chez les primates avant de lancer ses premiers essais chez des sujets humains. Au-delà de cela, il faudra convaincre les régulateurs qu’ils peuvent apporter un bénéfice thérapeutique.

Un potentiel énorme

Mais il est possible que l’entreprise soit plus en phase avec ces objectifs qu’elle a choisis de révéler aujourd’hui. Musk a déclaré à plusieurs reprises que la principale motivation de cet événement était son recrutement, Neuralink souhaitant renforcer son équipe et faire progresser sa technologie.
« Son potentiel est énorme et nous espérons l’avoir chez un patient humain d’ici la fin de l’année prochaine. »
Source : Neuralink
Crédit photo : Pixabay / Neuralink

Neuralink : les premiers implants cérébraux seront bientôt testésmartinI.A.
Plus de deux ans ont passé depuis que Neuralink d’Elon Musk a fait parlé d'elle, une startup ambitieuse et mystérieuse qui se concentre sur le développement d’interfaces cerveau-machine permettant de connecter nos esprits à des machines. Les premiers implants de Neuralink dès l'année prochaine Depuis lors, peu de choses ont été...