Plus de 28 000 espèces sont au bord de l’extinction

Changement Climatique https://live.staticflickr.com/65535/48315175086_bace7103de_b.jpg https://live.staticflickr.com/65535/48315175086_bace7103de_b.jpg Technologie Média 0 https://technologiemedia.net/2019/07/18/plus-de-28-000-especes-sont-au-bord-de-lextinction/#respond
679

primates-animaux-plantes-extinction

Selon une analyse globale, sept espèces de primates, deux familles de raies et des milliers d’autres animaux, ainsi que des plantes et des champignons sont sur le point de disparaître.

Des milliers d’animaux sont sur le point de disparaître

La dernière liste rouge de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) indique que quelque 28 338 espèces sont menacées d’extinction dans le monde en raison d’une combinaison de perte d’habitat, de pêche et de chasse non durables. Cela représente une augmentation de 6% par rapport à 2018, l’année où 26 840 espèces étaient menacées.

L’UICN a classé 6 127 espèces en danger critique d’extinction, ce qui signifie qu’elles sont à deux doigts de l’extinction mondiale. Cela représente une hausse par rapport à 5 526 espèces l’an dernier, mais selon l’UICN, cela pourrait être dû à des efforts plus importants pour évaluer les espèces, plutôt qu’à une augmentation réelle du nombre d’animaux en voie de disparition.

Toutes les 16 espèces de raies et de grandes raie-guitares, sont maintenant gravement menacées d’extinction en raison de «la pêche côtière de plus en plus intense et essentiellement non réglementée», déclare l’UICN. La viande de la grande raie-guitare est vendue sur le marché local, tandis que les ailerons sont très prisées et font l’objet d’un commerce international pour préparer de la soupe d’ailerons de requin.

40% des espèces de primates sont menacées de disparition en Afrique

L’UICN a averti qu’environ 40% des espèces de primates d’Afrique de l’Ouest et centrale sont maintenant menacées de disparition, et que l’état de conservation de sept espèces de primates est devenu plus précaire au cours de la dernière année. Six de ces espèces vivent d’Afrique de l’Ouest, ce qui «montre clairement à quel point la chasse au gibier et la déforestation liée au développement entraînent le déclin des populations de primates».

Le singe du roloway (Cercopithecus roloway) est maintenant en danger critique d’extinction, et il y aurait maintenant moins de 2 000 singes roloway en vie en Côte d’Ivoire et au Ghana, où les singes sont endémiques. Leur taille et la valeur de leur chair et de leur peau font de ces singes une cible pour les chasseurs.

La liste rouge de l’UICN est un rapport annuel sur l’état de conservation global des espèces de plantes, d’animaux et de champignons et évalue le risque d’extinction d’une espèce si aucune mesure de conservation n’est prise.

Les espèces sont classées dans l’une des huit catégories de menace selon qu’elles répondent ou non aux critères liés à la tendance, à la taille et à la structure de la population et à leur étendue géographique. Les espèces listées comme gravement menacées, en danger ou vulnérables sont collectivement décrites comme «menacées».

La nature décline à un rythme sans précédent

Jane Smart, directrice mondiale du groupe de conservation de la biodiversité de l’UICN, a déclaré que cette liste confirmait les conclusions du récent rapport de l’IPBES, qui affirmait que la nature déclinait à un rythme sans précédent dans l’histoire humaine.

Le commerce national et international entraîne le déclin des espèces dans les océans, en eau douce et sur terre. Une action décisive est nécessaire à grande échelle pour arrêter ce déclin; le moment choisi pour cette évaluation est crucial, car les gouvernements commencent à négocier un nouveau cadre mondial pour la biodiversité, dans le but de prendre de telles mesures. »

«La perte d’espèces et le changement climatique sont les deux grands défis auxquels l’humanité est confrontée au cours de ce siècle», a déclaré Lee Hannah, scientifique senior en biologie du changement climatique à la Conservation International. « Les résultats sont clairs, nous devons agir maintenant à la fois contre la perte de la biodiversité et le changement climatique. »

Source : New Scientist
Crédit photo : Pixabay

https://live.staticflickr.com/65535/48315175086_bace7103de_b.jpg