fumée-cigarettes-augmente-la-gravité-des-infections-du-SARM
Une des premières réactions que plusieurs jeunes font lorsqu’ils deviennent majeurs; ils s’empressent de fumée des cigarettes; pour avoir l’air plus adultes, ou pour imiter une de leurs idoles. Mais cette réaction pourrait être une très mauvaise façon d’accéder à l’âge adulte.

La fumée de cigarette participe à la résistantes aux antibiotiques

En effet, selon des chercheurs la fumée de cigarette peut rendre les souches bactériennes du SARM plus résistantes aux antibiotiques, selon une nouvelle étude de l’Université de Bath En outre, l’exposition à la fumée de cigarette peut rendre certaines souches de Staphylococcus aureus – un microbe présent dans 30 à 60% de la population mondiale et responsables de nombreuses maladies, parfois mortelles – plus invasives et persistantes.
Les chercheurs pensent que le stress provoqué par la fumée de cigarette provoque chez S. aureus une réaction «SOS» d’urgence, qui augmente le taux de mutation de l’ADN microbien, permettant ainsi à des variantes résistantes et persistantes de mieux résister aux antibiotiques. Des études antérieures avaient attribué la sensibilité accrue des fumeurs à l’infection aux effets néfastes de la fumée sur notre système immunitaire, mais cette étude montre qu’elle pourrait également modifier l’ADN et les caractéristiques des microbes pathogènes.
Dans une série d’expériences en laboratoire, les chercheurs de Bath, en collaboration avec des collègues de l’Imperial College London, de l’Université d’Oxford et de l’Institut d’Investigation Allemande Trias i Pujol, de l’Université autonome de Barcelone et de CIBER Enfermedades Respiratorias, en Espagne, ont exposé six souches de S. aureus (MRSA) résistant à la méthicilline (superbactérie) à la fumée de cigarette.

Une augmentation de la résistance à l’antibiotique rifampicine

Ces souches étaient connues pour causer des affections allant des infections cutanées à la pneumonie et à l’endocardite et ont été choisies pour leur pertinence clinique et leur diversité génétique. Bien que tous n’aient pas réagi de la même manière à la fumée de cigarette, certains, y compris celles connues pour causer des infections invasives, ont montré une résistance accrue à l’antibiotique rifampicine ainsi qu’une invasion et une persistance accrut.
Cette étude établit un lien entre ces changements et l’émergence de variantes de petites colonies (VCS) – des sous-populations robustes adaptées aux conditions difficiles. Les VCS ont été liés à des infections chroniques chez les fumeurs lors de recherches antérieures.
Le Dr Maisem Laabei, auteur principal du département de biologie et de biochimie de l’Université de Bath, a déclaré: «nous nous attendions à certains effets, mais nous ne pensions pas que la fumée affecterait la résistance aux médicaments aussi fortement. Nous reconnaissons que l’exposition dans un laboratoire est différente de la fumée inhalée sur une longue période, mais il semble raisonnable de supposer, sur la base de nos recherches et de nombreuses autres, qu’un effet net d’augmentation de la virulence et/ou du potentiel d’infection est bien présent. »

La fumée de cigarette contient plus de 4 800 composés toxiques

«Le tabagisme est la principale cause de décès évitable dans le monde et la fumée de cigarette contient plus de 4 800 composés parfois très toxiques. Nous voulions étudier S. aureus, car c’est une bactérie qui est très courante chez l’homme et elle peut causer toute une série de maladies. Nous voulions donc savoir ce qui se passerait si nous l’exposions à la fumée de cigarettes. »
Les scientifiques sont maintenant intéressés à étudier comment la pollution de l’air, provenant des gaz d’échappement des moteurs diesel et d’autres sources, pourrait affecter les microbes dans nos voies respiratoires, car de nombreux composés dans la pollution sont les mêmes que dans la fumée de cigarette.
Cette recherche a été publiée dans Scientific Reports.
Source : University of Bath
Crédit photo : Pixabay