stimulation-nerf-vague-contre-les-effets-du-vieillissement
De l’abdomen au cerveau, il n’est peut-être pas surprenant que le nerf vague se trouve au centre de toutes les sortes de recherches médicales. Des scientifiques ont déjà démontré que la stimulation de ce nerf pouvait mener à de nouveaux traitements contre la dépression, aux crises d’épilepsie et même à un réveil de la conscience après 15 années passées dans un état végétatif.

La stimulation auditive contre les effets du vieillissement

Des scientifiques de l’Université de Leeds ont maintenant ajouté un autre élément à cette liste de possibilités passionnantes, démontrant ainsi que cibler le nerf vague pourrait aider à ralentir certains des effets du vieillissement.
Ce qui a conduit les scientifiques de la School of Biomedical Sciences de l’Université de Leeds au nerf vague, c’est le rôle-clé qu’il joue dans le système parasympathique du corps. Cela constitue une branche du système nerveux autonome du corps, qui contrôle les fonctions inconscientes telles que la respiration et la digestion. L’autre branche est connue sous le nom de système sympathique, qui prend en charge des tâches plus intenses et nos réponses « combat ou fuite ».
Ces deux branches s’équilibrent à mesure que nous progressons dans la vie, mais il arrive à un moment où la branche sympathique prend de plus en plus de contrôle. Cela peut signifier une plus grande vulnérabilité aux maladies, aux fonctions corporelles irrégulières et aux autres caractéristiques typiques du vieillissement humain.
Des chercheurs pensent qu’en stimulant le nerf vague, ils pourraient peut-être remédier à ce déséquilibre et rétablir un équilibre sain entre le système parasympathique et sympathique, et l’utilisation d’un dispositif de stimulation n’impliquerait pas nécessairement une chirurgie invasive. Au contraire, cela pourrait être aussi simple qu’une stimulation auditive de l’oreille sur une base régulière.

Une ramification du nerf vague sur la peau de l’oreille externe

De manière pratique, on trouve en réalité une minuscule ramification du nerf vague sur la peau de l’oreille externe. Cela soulève la perspective d’inciter cette ramification à réagir par le biais d’une thérapie connue sous le nom de stimulation transcutanée du nerf vague (tVNS). Pour explorer cette idée concernant le vieillissement, l’équipe de recherche a recruté 29 volontaires en bonne santé âgés de 55 ans et plus et a administré un traitement par tVNS sur une période de deux semaines, pendant 15 minutes par jour.
Ce traitement a effectivement équilibré l’activité parasympathique et sympathique, les receveurs présentant une fonction autonome améliorée. Certains patients ont également signalé des changements dans leur qualité de vie grâce à une amélioration de l’humeur et de la qualité du sommeil. Il est important de noter que les sujets ayant le déséquilibre le plus important avant l’étude présentaient les améliorations les plus importantes, ce qui signifie qu’il serait peut-être possible d’utiliser cette thérapie sur ceux qui en bénéficieraient le plus.

Rééquilibrer le métabolisme sans recourir à des médicaments

« L’oreille est comme une passerelle par laquelle nous pouvons modifier l’équilibre métabolique du corps, sans recourir à des médicaments ou à des procédures invasives », a déclaré le Dr Beatrice Bretherton, auteur principal de cette étude. « Nous pensons que ces résultats ne sont que la partie visible de l’iceberg. Nous sommes ravis d’enquêter sur les effets et les avantages potentiels à long terme de la stimulation auditive quotidienne, car nous avons constaté une excellente réponse à ce traitement jusqu’à présent. »
L’équipe a publié ses résultats dans Aging.
Source : University of Leeds
Crédit photo : Pixabay

La stimulation auditive permet de ralentir le vieillissementmartinBiologie
De l'abdomen au cerveau, il n'est peut-être pas surprenant que le nerf vague se trouve au centre de toutes les sortes de recherches médicales. Des scientifiques ont déjà démontré que la stimulation de ce nerf pouvait mener à de nouveaux traitements contre la dépression, aux crises d'épilepsie et même...