utiliser-atmosphère-terre-comme-télescope-spatial
Les astronomes ont un problème de photons. Ils ont besoin de plus de ces particules lumineuses aux bons endroits, pour voir les étoiles et les exoplanètes mais en ayant moins de la pollution lumineuse et sans avoir à utiliser des satellites artificiels qui sont trop limités.

Un «terrascope» pour mieux observer l’espace lointain

Pour ce faire, ils ont besoin de plus grands télescopes – et maintenant, un astronome a suggéré de transformer la Terre entière en une sorte de lentille qui pourrait résoudre ce problème et nous aider potentiellement à trouver les signatures de la vie sur des exoplanètes.
Le «terrascope» tirerait parti de la déviation de la lumière lors de son passage dans l’atmosphère terrestre. «Cette déviation signifie que les rayons lumineux de sources lointaines derrière la Terre convergeront vers un point de focalisation, c’est à cet endroit que nous placerons notre détecteur», explique David Kipping de la Columbia University à New York.
Les rayons de lumière voyageant à des altitudes plus élevées son moins dévier, de sorte qu’ils se rencontrent plus loin de la Terre. Tous ces différents points de rencontre créent une ligne focale sur laquelle des détecteurs peuvent être placés.
Le point le plus proche possible serait à environ 325 000 kilomètres, soit environ 85% de la distance entre la Terre et la Lune. «Mais le meilleur choix se situe dans la sphère de Hill terrestre», déclare Kipping. La sphère de Hill est la région où la gravité de la Terre est la force dominante, s’étendant à environ 1,5 million de kilomètres, à un centième de la distance du Soleil.

Un détecteur d’un mètre de diamètre serait comparable à un télescope de 150 mètres

Il dit que les rayons lumineux qui se rencontreraient ne se déplaceraient pas à moins de 14 kilomètres de la surface de la Terre, évitant ainsi les bâtiments, les montagnes, les nuages ​​et la plupart des effets dégradants de la basse atmosphère. Kipping estime qu’un détecteur d’un mètre de diamètre placé à cet endroit serait l’équivalent d’un télescope de 150 mètres sur Terre. C’est dix fois plus grand que le plus grand télescope qui existe sur Terre.
Mettre des télescopes dans l’espace coûte cher – le télescope spatial James Webb de 6,5 mètres a coûté 10 milliards de dollars et n’a toujours pas été lancé – mais Kipping dit que le terrascope coûterait une fraction de ce coût.
«C’est exactement le genre de science folle et décalée que j’aime lire», déclare Benjamin Pope à l’Université de New York. Il serait difficile à mettre en place, ajoute-t-il, et les défis seraient nombreux.
Le terrascope aurait besoin d’un coronographe pour bloquer la lumière de la Terre. «Les coronographes spatiaux sont des appareils coûteux et délicats», explique Pope. Selon lui, sortir de l’orbite lunaire et les courtes fenêtres d’observation pendant le passage des objets derrière la Terre pourraient également poser des problèmes.

Une idée audacieuse mais intéressante

Erika Hamden, de l’Université de l’Arizona, reconnaît que c’est une idée audacieuse, mais peut réfléchir à quelques problèmes pratiques. En tant que spécialiste de l’astronomie UV, Hamden explique que ce télescope fonctionnerait dans la partie infrarouge du spectre de la lumière et pourrait éventuellement détecter une partie de la lumière visible, mais pas celle des UV, à cause de la lumière du Soleil.
«Dans la pratique, il y a plusieurs défis à relever, mais c’est vraiment un exercice intéressant», dit-elle. « Ces idées folles peuvent finir par être de nouvelles voies qui alimenteraient des projets vraiment excitants dans le futur. »
Cette recherche a été publiée dans arXiv.
Source : New Scientist
Crédit photo : Pixabay (montage)

Un «terrascope» pour scruter les exoplanètesmartinEspace
Les astronomes ont un problème de photons. Ils ont besoin de plus de ces particules lumineuses aux bons endroits, pour voir les étoiles et les exoplanètes mais en ayant moins de la pollution lumineuse et sans avoir à utiliser des satellites artificiels qui sont trop limités. Un «terrascope» pour mieux...