obésité-hormonthérapie
Un nouveau traitement hormonal à libération lente est présenté comme une alternative au pontage gastrique chez les patients obèses atteints de diabète de type 2. Cette nouvelle thérapie fournit trois hormones régulant l’appétit via une pompe sous-cutanée, ce qui entraîne une perte de poids et une amélioration de la glycémie.

Une alternative au pontage gastrique chez les patients obèses 

Des recherches antérieures portant sur la manière dont les pontages gastriques produisaient une diminution de l’obésité et du diabète ont révélé une augmentation des niveaux d’un trio d’hormones de la satiété soupçonnées de jouer un rôle majeur dans l’amélioration de la glycémie et la perte de poids. Le peptide 1 semblable au glucagon (GLP-1), l’oxyntomoduline (OXM) et le peptide YY (PYY) sont tous sécrétés par l’intestin grêle et le côlon en volumes plus élevés après un pontage gastrique.
Une nouvelle étude a donc été mise au point pour déterminer si l’administration de ces hormones était suffisante pour réduire le poids corporel et améliorer la glycémie. L’hormonothérapie mise au point par les chercheurs a été baptisée GOP, et ce nouvel essai utilisait une pompe sous-cutanée pouvant administrer lentement ce mélange hormonal aux patients tout au long de la journée. Pour mieux imiter les fluctuations diététiques d’un cycle de 24 heures, le traitement n’a été perfusé que 12 heures par jour.
Sur 26 sujets prédiabétiques et obèses recrutés pour cette étude, 15 ont reçu un traitement hormonal au GOP pendant quatre semaines, tandis que 11 sujets ont reçu un placebo. À la fin de la période de cette étude, les chercheurs ont découvert que le groupe GOP avait perdu en moyenne 4,4 kg, tandis que le groupe placebo n’avait perdu que 2,2 kg. Des groupes supplémentaires de patients ont été recrutés pour comparer les effets du pontage gastrique et d’un régime hypocalorique au traitement par GOP.

Une amélioration significative après seulement 4 semaines

Les deux solutions ont entraîné une perte de poids nettement plus importante après quatre semaines. La cohorte qui suivait un régimes a chuté en moyenne de 8,3 kg, tandis que le groupe chirurgical a perdu 10,3 kg. Cependant, indépendamment des chiffres de la perte de poids, la cohorte GOP a présenté des améliorations spectaculaires de la glycémie, montrant des réductions à des niveaux proches de la normale avec une constance non observée chez les patients ayant un pontage gastrique.
« Bien que la perte de poids ait été moins importante, l’utilisation de la perfusion de GOP serait préférable car elle entraîne moins d’effets secondaires que la chirurgie bariatrique », a déclaré l’auteur principal de cette nouvelle étude, Tricia Tan, de l’Imperial College de Londres. « Ce résultat montre qu’il est possible d’obtenir certains des avantages d’un pontage gastrique sans subir cette opération. Si d’autres essais réussissent, nous pourrions potentiellement administrer ce type de traitement à beaucoup plus de patients. »
Comme le note Tan, d’autres essais sont nécessaires pour vérifier ces résultats dans une cohorte plus large, mais les premières données suggèrent que ce traitement est une alternative sûre et légèrement plus efficace que le pontage gastrique, en particulier si l’on considère l’effet des mélanges GOP sur la tolérance au glucose.

Un traitement qui réduit les taux de glucose à des niveaux proches de la normale

« Bien qu’il s’agisse d’une petite étude, notre nouvelle combinaison de traitements hormonaux est prometteuse et a montré des améliorations significatives de la santé des patients en seulement quatre semaines », déclare Tan. « Comparé à d’autres méthodes, ce traitement est non invasif et réduit les taux de glucose à des niveaux proches de la normale chez les patients que nous avons testés. »
Cette nouvelle recherche a été publiée dans la revue Diabetes Care.
Source : Imperial College London
Crédit photo : Pixabay