galaxies-massives-cachées-univers
Une galaxie semble être quelque chose de difficile à ne pas voir depuis la Terre, mais c’est exactement ce qu’une équipe d’astronomes vient de découvrir. Alors, où se cachent ces innombrables étoiles?

39 galaxies cachées dans le spectre invisible

À environ 11,5 milliards d’années-lumière de distance, dans une partie du spectre de la lumière invisible à de nombreux télescopes, ils ont découvert 39 galaxies cachées. Cette découverte de tant de galaxies qui forment des étoiles aussi anciennes peut remettre en question notre compréhension de la formation des galaxies dans l’Univers primitif.
Lorsque nous levons les yeux vers le ciel nocturne, le paysage étoilé que nous pouvons voir ne raconte qu’une partie de son histoire. Les étoiles qui brillent à la lumière visible ne représentent qu’une petite partie de l’ensemble du spectre. Celles qui sont extrêmement éloignées nous deviennent invisibles à cause de l’expansion de l’Univers.
À mesure que l’Univers se développe, les étoiles et les galaxies lointaines s’éloignent de nous à une très grande vitesse. La distance croissante entre nous et ces galaxies étire physiquement la lumière qui se dirige vers la Terre, ce qui allonge les longueurs d’onde et finit par la transformer en lumière infrarouge.
Alors que la lumière infrarouge est invisible à l’œil nu, certains télescopes sont conçus pour capter ces signaux, révélant ainsi des galaxies qui n’avaient jamais été découvertes auparavant et c’est exactement ce qui s’est passé dans ce cas.
Les astronomes de l’Institut d’astronomie de l’Université de Tokyo ont d’abord soupçonné l’existence de données étranges dans l »infrarouges recueillies par le télescope spatial Spitzer. Ils ont regardé de plus près à l’aide du Grand réseau millimétrique / submillimétrique de l’Atacama (ALMA) et du très grand télescope, tous deux situés au Chili.

Elles se trouvent à 11,5 milliards d’années-lumière

Grâce à ces instruments ils ont découvert 39 galaxies massives jamais vues auparavant. Leur lumière était extrêmement faible, à cause de la poussière et de leur distance, à 11,5 milliards d’années-lumière et comme regarder au loin dans l’espace, c’est comme regarder dans le temps, cette distance signifie que nous voyons ces galaxies telles qu’elles étaient il y a des milliards d’années, à une époque où ces galaxies n’étaient pas considérées comme étant aussi grandes.
« C’est la première fois qu’une population aussi nombreuse de galaxies massives est confirmée au cours des deux premiers milliards d’années de la vie de l’Univers, qui existe depuis environ 13,7 milliards d’années », a déclaré Tao Wang, chercheur de l’étude. « Celles-ci étaient auparavant invisibles pour nous. Cette découverte va à l’encontre des modèles actuels pour cette période d’évolution cosmique et contribuera à ajouter certains détails qui manquaient jusqu’à présent. »
Bien que la lumière soit assez faible de notre point de vue, l’équipe a déclaré que si vous vous teniez sur une planète dans l’une de ces galaxies, vous verriez une toile d’étoiles très vibrante.
« D’une part, le ciel nocturne semblerait beaucoup plus majestueux », a déclaré Wang. « La plus grande densité d’étoiles signifie qu’il y aurait beaucoup plus d’étoiles proches qui paraîtraient plus grandes et plus brillantes. Mais inversement, la grande quantité de poussière signifie que les étoiles éloignées seraient beaucoup moins visibles, de sorte que l’arrière-plan de ces étoiles proches pourrait être un vaste vide cosmique et sombre.’

Le télescope James Webb pourra peut-être les voir

Les télescopes actuels auront de la difficulté à étudier ces galaxies plus en détail, car des longueurs d’onde dans le spectre visible sont nécessaires pour les analyser afin de déterminer quels produits chimiques les composent. Mais l’équipe affirme que les instruments à venir comme le télescope spatial James Webb, qui devrait être lancé en 2021, pourront peut-être voir ces galaxies,
Cette recherche a été publiée dans la revue Nature.
Source : University of Tokyo
Crédit photo : Pixabay