L’exercice peut aider à lutter contre la dépression

Biologie https://live.staticflickr.com/65535/48539082586_7a7693fbfb_b.jpg https://live.staticflickr.com/65535/48539082586_7a7693fbfb_b.jpg Technologie Média 0 https://technologiemedia.net/2019/08/14/lexercice-peut-aider-a-lutter-contre-la-depression/#respond
428

exercice-pour-lutter-contre-la-dépression

Si vous souffrez de dépression, on vous a probablement conseillé de faire beaucoup d’exercice. Les scientifiques ont maintenant acquis une nouvelle compréhension de la façon dont l’activité physique contribue à atténuer cette maladie et ils croient que leurs découvertes pourraient permettre d’améliorer les traitements.

Faire de l’exercice contre la dépression

Dans une étude menée par le professeur Jacob Meyer, 17 femmes chez lesquelles on avait diagnostiqué une dépression, ont été chargé de compléter deux séances d’exercices de 30 minutes. L’une de ces séances a été réalisée à une intensité prescrite modérée, tandis que l’autre a été effectuée à une intensité choisie par le sujet.

Des échantillons de sang ont été recueillis avant et après chaque séance d’entraînement. Les niveaux d’humeur et d’anxiété des femmes ont également été évalués 10 et 30 minutes après la fin de chaque séance. Les chercheurs ont constaté que, même si les deux séances d’entraînement avaient amélioré temporairement l’humeur, l’entraînement à l’intensité prescrite avait un effet plus puissant et durable.

De plus, seule cette session a entraîné une augmentation des taux d’endocannabinoïdes dans le sang. Les endocannabinoïdes sont des molécules de cannabinoïdes naturellement présentes dans le corps. Des études avaient déjà suggéré qu’elles pourraient aider à réduire la douleur et la dépression en renforçant les connexions dans le cerveau. Ces molécules pourraient également aider à réduire l’inflammation intestinale et à traiter l’obésité.

Elles avaient plus de BDNF dans leur sang

Dans les deux cas, les résultats concordent avec les conclusions d’une des précédentes études de Meyer, dans lesquelles il avait démontré que les femmes dépressives qui exécutaient des séances d’entraînement prescrites avaient par la suite des niveaux plus élevés de facteur neurotrophique dérivé du cerveau (BDNF) – c’est une protéine qui régit la croissance des neurones, et les personnes déprimées ont tendance à avoir des niveaux plus bas de cette protéine dans leur sang.

« Trouver des alternatives aux médicaments est important pour le traitement de la dépression », déclare Meyer. « Si nous pouvons comprendre le fonctionnement de l’exercice avec le système endocannabinoïde, nous pourrions alors concevoir des interventions optimales pour l’exercice. »

Un article sur cette recherche a récemment été publié dans la revue Medicine & Science in Sports & Exercise.

Source : Iowa State University
Crédit photo : Pixabay

https://live.staticflickr.com/65535/48539082586_7a7693fbfb_b.jpg