ours-des-cavernes-disparition-installation-humains
Les énormes ours des cavernes qui parcouraient autrefois l’Europe ont commencé à disparaître juste après l’arrivée des hommes modernes. Une nouvelle analyse génétique suggère que nos ancêtres ont joué un rôle important dans la disparition de ces ours.

Le déclin des ours des cavernes

Les ours des cavernes (Ursus spelaeus) sont l’exemple le plus clair d’êtres anciens exterminant une espèce de grande taille, du moins en Europe, déclare Verena Schünemann de l’Université de Zurich en Suisse.
Les ours ont parcouru l’Europe pendant plus de 100 000 ans. Ils étaient aussi gros que des grizzlis modernes et mangeaient principalement des plantes. De nombreux fossiles ont été trouvés dans des grottes, suggérant qu’ils y ont passé beaucoup de temps – peut-être en hibernation.
Ils sont morts il y a environ 26 000 ans, un peu avant la fin de la dernière période glaciaire, lorsqu’elle a atteint son apogée et que les inlandsis se sont étendus très au Sud. Certains chercheurs ont interprété cela comme signifiant que le climat froid les avait tués.
Pour savoir la vraie chronologie des évènements du passé, Schünemann et ses collègues ont séquencé l’ADN de 59 ours des cavernes. Ils se sont concentrés sur l’ADN mitochondrial, qui n’est hérité que de la mère. En outre, ils ont examiné 64 séquences d’ADN mitochondriales déjà publiées.
Les nouvelles données génétiques fournissent «une bien meilleure vision de la diversité», déclare Schünemann. Son équipe a découvert cinq lignées d’ours des cavernes en Europe. Mais il y a 40 000 ans, leur diversité génétique a considérablement diminué, ce qui suggère que le nombre d’ours des cavernes était en baisse. «Il y en a encore quelques-uns, mais il y a cette perte massive de diversité», déclare Schünemann.

Des humains voleurs de grottes

Le déclin de l’ours des cavernes s’est produit au moment même où l’homme moderne commençait à se répandre dans toute l’Europe, remplaçant les Néandertaliens ayant vécu aux côtés des ours pendant des millénaires. Cela suggère que les humains étaient au moins en partie responsables de ce déclin.
Les humains n’ont peut-être pas tué directement de nombreux ours des cavernes, explique Schünemann. Au lieu de cela, ils ont probablement pris leurs grottes. Les ours avaient tendance à vivre près de leur lieu de naissance.
Par conséquent, si les humains prenaient possession de leurs grottes, ils se seraient retrouvés sans abri. En outre, leurs grottes étaient généralement entourées de plantes qu’ils pouvaient manger. «S’ils perdaient cela, ils perdaient également leurs accès à de la nourriture», explique Schünemann.

Ils auraient peut-être survécu sans ce déclin

Avec leur population en baisse, la dernière période glaciaire aurait alors éliminé les ours des cavernes. « Ils auraient peut-être survécu s’il n’y avait pas eu ce déclin avant cette période », dit Schünemann. Les ours des cavernes étaient déjà passés par des périodes froides similaires.
Cette recherche a été publiée dans Scientific Reports.
Source : New Scientist
Crédit photo : Pixabay