capteur-cutané-suivre-la-santé-des-gens
Connue sous le nom de BodyNet, cette nouvelle technologie a été développée par une équipe dirigée par le professeur de génie chimique Zhenan Bao. Il est est composé d’un élastomère transparent, extensible et non allergénique, sur lequel se trouvent une électronique de détection d’encre métallique sérigraphiée et une antenne flexible d’identification par radiofréquence (RFID).

Un capteur cutané des signes vitaux

Lors des tests de laboratoire, deux dispositifs ont été collés sur le poignet et l’abdomen d’un sujet où ils ont mesuré avec précision le pouls et le rythme respiratoire de la personne en détectant l’expansion et la contraction de la peau. De plus, des capteurs appliqués sur les coudes et les genoux permettaient de suivre le mouvement de ces parties du corps en mesurant le resserrement ou le relâchement de la peau chaque fois que le muscle correspondant fléchissait.
Les données sont collectées à partir des capteurs BodyNet à l’aide d’un lecteur RFID séparé, qui met temporairement les appareils sous tension en utilisant son propre signal radio. Les capteurs portables ne contiennent pas de piles ni d’autres composants rigides.
Actuellement, un lecteur doit être apposé sur les vêtements du porteur par-dessus chaque capteur. À terme, les chercheurs espèrent toutefois pouvoir l’utiliser dans vêtement « intelligent » – avec des antennes tissées dans le tissu. Il transmettrait périodiquement les données du capteur à un ordinateur, un smartphone ou une tablette à proximité via le Bluetooth.
En fin de compte, une fois capable de mesurer d’autres facteurs vitaux tels que la température corporelle, la technologie BodyNet peut être utilisée pour la surveillance non perturbatrice des patients souffrant de troubles du sommeil ou de problèmes cardiaques, pour l’évaluation des athlètes souhaitant optimiser leurs performances, ou chez des nouveau-nés dans un incubateur, pour s’assurer que leurs signes vitaux sont normaux.
Les stagiaires postdoctoraux Simiao Niu et Naoji Matsuhisa ont dirigé l’équipe de 14 personnes qui a passé trois ans à concevoir ce capteur. Leur objectif était de développer une technologie confortable à porter.

Créer un réseau de capteurs cutanés

« Nous pensons qu’un jour, il sera possible de créer un réseau de capteurs cutanés couvrant tout le corps pour collecter des données physiologiques sans perturber le comportement normal d’une personne », a déclaré Bao.
Cette recherche a été publiée dans Nature Electronics.
Source : Stanford University
Crédit photo : Pixabay