supernova-isotopes-interstellaires-Antarctique
Dans la neige de l’Antarctique, des scientifiques ont découvert des isotopes rares qui ne se produisent pas naturellement sur Terre. L’isotope, connu sous le nom de fer 60, est généralement forgé dans le creuset d’explosions de supernovas, et les chercheurs pensent qu’il est tombé sur Terre lorsque notre système solaire a traversé un nuage de gaz interstellaire.

Le fer 60 proviendrait de supernovas

Le fer 60 est un isotope extrêmement rare sur Terre, du fait qu’il n’y a pas de sources connus. Bien qu’il ait pu être produit lors de la formation de la planète, ces atomes se seraient décomposés il y a des milliards d’années. Cela signifie que toutes les traces trouvées sur Terre proviennent des étoiles, où elles sont produites dans des supernovas.
Mais ces traces ne peuvent vraiment être détectées que si elles se trouvent dans un endroit relativement non perturbé pendant de longues périodes. Dans le passé, du fer 60 avait été trouvé dans la poussière de lune ramenée par les missions Apollo et d’anciens dépôts des fonds marins. Ils racontent l’histoire d’étoiles de notre quartier cosmique qui s’est transformé en supernova il y a des millions d’années et qui ont inondé la Terre de puissants rayonnements – qui ont peut-être même anéanti le puissant Mégalodon.
Le fer 60 est également suspecté d’être dans la neige de l’Antarctique, qui peut s’accumuler pendant des décennies, des siècles et même des millénaires. Et c’était l’objet principal de cette étude, impliquant des chercheurs de l’Université technique de Munich et de l’Association Helmholtz.

500 kg de neige ont été collectés pour chercher ce fer 60

L’équipe a collecté 500 kg de neige antarctique autour de la station de Kohnen et l’a fait fondre et analysée. Les composants solides ont été séparés de l’eau de et traités à l’aide de différentes méthodes chimiques. Quelques milligrammes de fer ont été trouvés et testés dans un laboratoire et bien sûr, dans ce fer se trouvaient cinq atomes de fer 60.
« Nos analyses nous ont permis d’éliminer les radiations cosmiques, les essais d’armes nucléaires et les accidents de réacteurs comme sources du fer 60 », déclare Dominik Koll, auteur de cette étude. « Comme il n’y a pas de sources naturelles pour cet isotope radioactif sur Terre, nous savions que le fer 60 devait provenir d’une supernova. »
La localisation des isotopes donne des indices supplémentaires sur leur origine. La neige dans laquelle ils ont été trouvés avait au plus 20 ans, et les chercheurs ont estimé qu’ils ne pourraient pas venir de trop loin dans le cosmos, sinon ils se seraient dissipés. L’équipe affirme que la source la plus probable est constituée par les nuages ​​de gaz interstellaires que notre système solaire traverse depuis près de 40 000 ans.

Une découverte révolutionnaire 

« Si l’hypothèse d’un nuage de gaz est correcte, les carottes de glace âgées de plus de 40 000 ans ne contiendront pas de fer 60 interstellaire », déclare Koll. « Cela nous permettrait de vérifier la transition du système solaire vers le nuage de gaz, ce serait une découverte révolutionnaire pour les chercheurs travaillant sur l’environnement de notre système solaire. »
Cette recherche a été publiée dans Physical Review Letters.
Source : Technical University of Munich
Crédit photo : Pixabay

Des isotopes de fer 60 en Antarctique viennent de supernovasmartinEspace
Dans la neige de l'Antarctique, des scientifiques ont découvert des isotopes rares qui ne se produisent pas naturellement sur Terre. L'isotope, connu sous le nom de fer 60, est généralement forgé dans le creuset d'explosions de supernovas, et les chercheurs pensent qu'il est tombé sur Terre lorsque notre système...