L’utilisation d’antibiotiques associée à la polyarthrite rhumatoïde

Biologie https://live.staticflickr.com/65535/48607542807_6ab4c21f43_b.jpg https://live.staticflickr.com/65535/48607542807_6ab4c21f43_b.jpg Technologie Média 0 https://technologiemedia.net/2019/08/23/lutilisation-dantibiotiques-associee-a-la-polyarthrite-rhumatoide/#respond
605

les-antibiotiques-associés-à-la-maladie-polyarthrite-rhumatoïde

Des chercheurs de l’Université Keele et du Quadram Institute ont analysé des données issues de dossiers médicaux de soins primaires de patients entre 1995 à 2017 . Ils ont constaté que les risques de développer une polyarthrite rhumatoïde étaient 60% plus élevés chez les personnes exposées aux antibiotiques que chez celles non exposées. De plus, les chances augmentent avec le nombre de traitements aux antibiotiques et le moment de leur utilisation.

Une augmentation des risques de 60%

La polyarthrite rhumatoïde touche 50 millions de personnes dans le monde et cette étude suggère qu’elle affecte 26 personnes sur 100 000 ayant pris des antibiotiques. La polyarthrite rhumatoïde est probablement causée par un mélange complexe de gènes et de facteurs environnementaux.

Cette étude n’est donc pas une raison pour arrêter de prendre des antibiotiques là où ils sont nécessaires. Mais cela ouvre une nouvelle voie d’exploration pour trouver les déclencheurs, ce qui pourrait être vital dans la recherche des moyens de prévenir cette maladie.

Bien que cette étude ait été volumineuse, elle ne permet pas de déterminer avec une absolue certitude si ce sont les antibiotiques qui augmentent les risques ou l’infection elle-même. Le type d’infection était important. Les infections des voies respiratoires supérieures traitées avec des antibiotiques étaient davantage associées aux cas de polyarthrite rhumatoïde, mais cette association n’a pas été observée chez les cas non traités – ce qui semble appuyer ce lien.

L’analyse du type d’antibiotique a montré que toutes les classes augmentaient le risque de développer une polyarthrite rhumatoïde. Cela suggère donc que le risque pourrait être dérivé des antibiotiques. Cela a également été constaté dans d’autres études récentes associant l’utilisation des antibiotiques à un risque accru d’avoir d’autres affections auto-immunes, notamment le diabète de type 1 et les maladies auto-immunes du foie.

Les antibiotique affectent également le microbiome

En plus de cibler les bactéries responsables des infections, les antibiotiques affectent le microbiome. Cet écosystème complexe de microbes aide à maintenir notre corps en santé et joue un rôle important dans la modulation du système immunitaire. Un certain nombre de petites études ont montré que le microbiome chez les personnes atteintes de polyarthrite rhumatoïde était moins diversifié, mais il s’agit de la première étude à étudier l’effet de l’utilisation des antibiotiques.

Le professeur Christian Mallen, directeur de l’école des soins primaires de l’Université Keele, a déclaré: «ce travail passionnant offre un autre aperçu de la complexité de la compréhension de la polyarthrite rhumatoïde, ouvrant ainsi la porte à de futurs travaux dans ce domaine. De nouvelles collaborations, telles que celle entre le Quadram Institute et la Keele University, permettent de nouvelles recherches interdisciplinaires intéressantes qui sont nécessaires pour faire progresser notre compréhension de cette maladie. »

Lindsay Hall, responsable du Quadram Institute sur le parc de recherche de Norwich, a déclaré: «plus nous en apprendrons sur la complexité du microbiome et sur l’incidence des facteurs déclencheurs, notamment les antibiotiques, sur ces divers écosystèmes microbiens, plus nous aurons une meilleure idée dont cela peut modifier les principaux résultats pour la santé humaine. »

Décoder les mécanismes qui lient les microbes à différentes maladie

« Le défi consiste maintenant à décoder les mécanismes qui lient les microbes à différentes conditions, y compris la polyarthrite rhumatoïde, afin que nous puissions développer de nouveaux traitements. », note Hall.

Les résultats de cette étude ont été publiés dans BMC Medicine.

Source :  Keele University
Crédit photo : Pixabay

https://live.staticflickr.com/65535/48607542807_6ab4c21f43_b.jpg