Deepwater-Horizon-vie-marine-marée-noire
Ce n’est pas seulement le littoral et la surface de l’océan qui ont été submergés de pétrole après la marée noire provoquée par Deepwater Horizon en 2010. La vie dans les grands fonds marins a également été touchée et de nombreuses espèces de la région sont encore considérablement réduites.

La vie dans les grands fonds marins a été touchée 

«La santé de l’ensemble de nos océans exige également une mer profonde en bonne santé, car les océans profonds jouent un rôle essentiel dans le cycle du carbone, les réseaux trophiques marins et la fonction globale des océans», déclare Craig McClain du consortium marin des universités de la Louisiane.
Lui et ses collègues ont utilisé des véhicules sous-marins télécommandés pour surveiller le golfe du Mexique autour du site de la catastrophe. Ils ont mené une enquête en juin 2017 et ont comparé leurs résultats à ceux réalisés au cours des deux mois qui ont suivi le déversement d’hydrocarbures.
Alors que le nombre d’animaux a augmenté, la diversité était moindre. McClain affirme que son équipe et lui-même ont remarqué l’absence d’holothuries, d’anémones piégeuses, d’éponges corbeilles à fleurs Venus et d’isopodes géants, des crustacés ressemblant à de grands cloportes.
Il y a également eu un changement dans la manière dont les animaux habitent la région. La composition des communautés observées en 2010 et 2017 était inférieure à 20%.

La décomposition des hydrocarbures imite les hormones sexuelles

Étonnamment, ils ont trouvé une abondance d’arthropodes, notamment la crevette rouge (nematocarcinus), une crevette blanche (Glyphocrangon shrimp) et le crabe rouge de l’Atlantique. McClain dit qu’ils peuvent être attirés par le site parce que les hydrocarbures qui se décomposent à la suite d’un déversement peuvent imiter les substances chimiques contenues dans les hormones sexuelles qu’ils utilisent pour trouver des partenaires.
«Cela semble être courant lors de certains autres déversements d’hydrocarbures. Une marée noire historique à Buzzards Bay, en Nouvelle-Angleterre, a attiré une grande quantité d’homard américain », a-t-il déclaré. «Nous pensons que les hydrocarbures constituent un élément attractif et créent un scénario de La Brea Tarpit, dans lequel des individus en bonne santé sont attirés mais sont piégés et peuvent éventuellement mourir sur le site.»
Ils peuvent y mourir parce que les signaux chimiques peuvent également dissuader d’autres animaux qu’ils ingèrent dans la zone.
Les échantillons prélevés par McClain et son équipe se trouvaient dans des sites plus profonds que le Deepwater Horizon, mais il dit qu’à ces profondeurs du golfe du Mexique, on ne s’attendrait pas à beaucoup de diversité.
«Nous sommes convaincus que les différences du site du Deepwater Horizon reflètent spécifiquement les dommages environnementaux liés à la marée noire», a-t-il déclaré.
Cette recherche a été publiée dans Royal Society Open Science.
Source : New Scientist
Crédit photo : Pixabay

Deepwater Horizon : la vie marine est toujours menacéemartinPollution
Ce n’est pas seulement le littoral et la surface de l’océan qui ont été submergés de pétrole après la marée noire provoquée par Deepwater Horizon en 2010. La vie dans les grands fonds marins a également été touchée et de nombreuses espèces de la région sont encore considérablement réduites. La...