un-facteur-permettant-de-retarder-apparition-de-la-maladie-Alzheimer
Des chercheurs du Centre allemand des maladies neurodégénératives (DZNE) et de l’Institut de recherche sur les maladies cérébrales et les démences (ISD) ont découvert qu’une protéine appelée TREM2 pouvait avoir un effet atténuant sur l’évolution de la maladie d’Alzheimer.

TREM2 un facteur clé

Dans une nouvelle étude dirigée par le professeur Christian Haass et le professeur Michael Ewers, les patients présentant des taux plus élevés de TREM2 dans leur liquide céphalorachidien à différents stades de la maladie présentent un meilleur pronostic que ceux chez qui cette protéine est présente en moindre quantité. Une observation qui fournit un point de départ pour le développement de nouvelles stratégies thérapeutiques.
Dans le cerveau, TREM2 est produit exclusivement par la microglie, qui sert de cellules immunitaires à cet organe. Ces cellules patrouillent le cerveau, éliminant les déchets cellulaires et les dépôts extracellulaires anormaux. Des études antérieures menées par Haass et ses collègues chez la souris avaient montré que TREM2 activait la microglie pour enfermer et détruire sélectivement les agrégats de protéines toxiques typiques de la maladie d’Alzheimer.

TREM2 protégerait le cerveau des effets de la maladie d’Alzheimer

Ces observations suggèrent que TREM2 pourrait protéger le cerveau des effets dégénératifs de la maladie d’Alzheimer – du moins chez le modèle murin. Mais ces résultats peuvent-ils être étendus aux patients atteints de la maladie d’Alzheimer? TREM2 a-t-il également un effet protecteur sur le cerveau humain? Dans des travaux antérieurs, des équipes dirigées par Haass et Ewers avaient également montré que la concentration de TREM2 était élevée dans des échantillons de liquide céphalo-rachidien prélevés chez des patients atteints de la maladie d’Alzheimer,
Cela serait dû probablement à la suite de l’activation de la microglie en réponse aux changements pathologiques associés à cette maladie. Cependant, la question cruciale restait en suspens: des niveaux plus élevés de TREM2 représentent-ils une réponse protectrice ou délétère à ces changements?

Ils ont cherché à établir une corrélation statistique 

Afin de répondre à cette question, Ewers, Haass et leurs collègues ont cherché à établir une corrélation statistique entre la concentration de TREM2 dans les échantillons de liquide céphalo-rachidien prélevés chez leurs patients et le taux de progression de la maladie chez ces individus sur plusieurs années. Ils ont utilisé les données de 385 patients, collectées dans “Alzheimer’s Disease Neuroimaging Initiative” (ADNI).
Un vaste ensemble de données cliniques comprenant des dossiers médicaux et des échantillons prélevés non seulement sur des patients atteints de la maladie d’Alzheimer, mais également sur des personnes âgées en bonne santé, examinés régulièrement pendant de nombreuses années. Ces données devraient permettre de discerner toute association significative entre des modifications biochimiques spécifiques et l’évolution clinique de la maladie d’Alzheimer.
En effet, Ewers und Haass a pu confirmer que des concentrations plus élevées de TREM2 étaient liées à un pronostic plus favorable à tous les stades de la maladie. Chez ces sujets, la mémoire était moins instable et le taux de rétrécissement de l’hippocampe – une région du cerveau qui joue un rôle essentiel dans l’apprentissage et la mémoire – était moins prononcé.

Des résultats pertinents sur le plan clinique

«Nos résultats sont pertinents sur le plan clinique, car ces patients présentaient un risque de développer une démence systématiquement réduit sur une période de 11 ans», déclare Ewers. «Cependant, l’activation de la microglie est une arme à double tranchant. En plus de fournir des effets protecteurs, cela peut entraîner des processus inflammatoires. Néanmoins, TREM2 pourrait jouer un rôle clé dans le déclenchement d’une réponse immunitaire protectrice dans le cerveau des patients atteints de la maladie d’Alzheimer. »
La concentration de TREM2 dans le liquide céphalo-rachidien augmente généralement durant les premiers stades de la maladie, lorsque les premiers symptômes apparaissent. «La production de TREM2 est une réponse à une lésion cérébrale déjà présente», explique Haass. «Cette protéine stimule la microglie pour protéger le cerveau. »

Un anticorps qui stimulera la fonction de TREM2 et son effet protecteur

Cependant, cette protection ne semble pas suffisante chez les patients atteints de la maladie d’Alzheimer. »C’est là que Haass et ses collègues voient une option pour de nouvelles stratégies thérapeutiques. «Nous développons actuellement un anticorps thérapeutique qui stimulera la fonction de TREM2 et améliora ainsi son effet protecteur», a-t-il déclaré
Cette étude a été publiée dans Science Translational Medicine.
Source : Ludwig Maximilian University of Munich
Crédit photo : Pixabay

L'Alzheimer : TREM2 retarderait l'émergence de cette maladiemartinBiologie
Des chercheurs du Centre allemand des maladies neurodégénératives (DZNE) et de l'Institut de recherche sur les maladies cérébrales et les démences (ISD) ont découvert qu'une protéine appelée TREM2 pouvait avoir un effet atténuant sur l'évolution de la maladie d'Alzheimer. TREM2 un facteur clé Dans une nouvelle étude dirigée par le professeur...