personne-mince-cellules-adipeuses-plis-actives
Ce sont les plus chanceux: des gens qui peuvent manger autant qu’ils veulent sans prendre de poids. Une nouvelle étude suggère qu’ils peuvent le faire parce que leurs cellules adipeuses brûlent l’énergie différemment, ce qui pourrait mener à de nouveaux traitements contre l’obésité.

Les personnes minces ont des cellules adipeuses différentes

Nele Gheldof de l’Institut des sciences de la santé Nestlé en Suisse et ses collègues ont étudié 30 hommes et femmes qui restent très minces – avec un IMC égal ou inférieur à 18,5 – bien qu’ils aient mangé la même quantité de nourriture qu’une personne moyenne.
En analysant de petits échantillons de graisse prélevés dans l’estomac, les chercheurs ont découvert que les cellules adipeuses de cette population présentaient des expressions anormalement élevées des gènes impliqués dans la décomposition et la formation de la graisse. Leurs cellules graisseuses étaient également 40% plus petites que celles des personnes de poids normal et contenaient un plus grand nombre de mitochondries plus actives – les centrales énergétiques des cellules.
Ces résultats suggèrent que les personnes naturellement minces résistent naturellement à la prise de poids, car leurs cellules adipeuses brûlent beaucoup d’énergie par le biais de ce que l’on appelle un «cycle lipidique futile», explique Gheldof. Cela signifie que leurs cellules graisseuses sont coincées dans une boucle constante de décomposition et de reconstruction des molécules de graisse – un processus alimenté par les mitochondries.
La raison pour laquelle les cellules adipeuses sont plus petites chez ces personnes peut s’expliquer par le cycle lipidique futile qui ne forme qu’une petite quantité de graisse avant de la décomposer à nouveau, dit Gheldof, bien que d’autres études soient nécessaires pour le confirmer.

Rétablir l’activité mitochondriale chez les gens obèses

En revanche, les personnes obèses ont souvent des mitochondries défectueuses dans leurs cellules adipeuses, ce qui signifie qu’elles ne peuvent pas brûler d’énergie via le cycle lipidique futile, explique Sihem Boudina de l’Université de l’Utah, qui n’a pas participé à l’étude.
Plusieurs groupes étudient actuellement des moyens de rétablir l’activité mitochondriale et de relancer le cycle lipidique futile chez les personnes obèses dans l’espoir de perdre du poids, a déclaré Boudina. Les récentes découvertes chez des personnes naturellement minces suggèrent qu’elles sont sur la bonne voie, dit-elle.

L’exposition au froid aide à perdre du poids

En outre, Il a été démontré que l’exposition au froid active le cycle lipidique futile, ce qui explique la tendance à porter des gilets de glace et à prendre des bains de glace pour maigrir. Mais cette stratégie ne fonctionne que pour les personnes de poids normal, et non pour les personnes obèses, car celles-ci ne disposent pas des mécanismes mitochondriaux nécessaires au lancement de ce cycle, a déclaré Boudina.
Cette recherche a été publiée dans American Journal of Clinical Nutrition.
Source : New Scientist
Crédit photo : PXhere