CRISPR-corriger-infertilité-masculine
Des souris mâles avec une mutation qui les empêchaient de produire du sperme ont engendré une progéniture de manière naturelle après qu’une équipe en Chine ait corrigé leur infertilité par le biais de l’édition du génome CRISPR.

Utiliser CRISPR contre l’infertilité masculine

Cett technique pourrait un jour aider de nombreux hommes infertiles à travers le monde. «Je pense que cette étude est très excitante», déclare Sarah Vij, spécialiste de l’infertilité masculine à la Cleveland Clinic Foundation aux États-Unis, qui n’a pas participé à ces travaux. « La plupart d’entre nous pensent que c’est l’avenir pour ces hommes. »
Il existe plusieurs mutations génétiques connues qui empêchent les cellules souches dans les testicules de produire un sperme sain. Certains hommes ont encore dans les testicules des spermatozoïdes non mobiles qui peuvent être extraits par voie chirurgicale et injectés dans des ovules. Mais cela ne fonctionne pas toujours et les enfants ainsi créés risquent d’hériter de la mutation qui a rendu leur père stérile.
Ainsi, depuis des décennies, les biologistes explorent des moyens de corriger ces mutations. En 2015, par exemple, une équipe a montré qu’elle pouvait rétablir la capacité des cellules souches de souris à produire du sperme sain en utilisant l’édition du génome de CRISPR pour corriger la mutation génétique sous-jacente.

Une progéniture en bonne santé

Maintenant, l’équipe de Xiaoyu Li à l’hôpital affilié de l’Université de médecine du Guangdong a fait progresser cette technique en prenant des cellules souches d’une souris, en corrigeant la mutation et en les réimplantant dans la même souris. Quatre mois plus tard, les souris se sont accouplées avec des femelles et 9 sur 11 ont eu une progéniture en bonne santé.
Cependant, il reste encore beaucoup à faire avant d’essayer cela chez les gens. Selon l’expert en matière de reproduction Geert Hamer de l’Université d’Amsterdam, le principal obstacle est l’absence de moyens fiables d’isoler les cellules souches du sperme humain.
Un autre problème est que, dans certains cas, il peut être nécessaire d’éliminer les cellules souches mutantes dans les testicules pour les empêcher de concurrencer les cellules éditées, explique Hamer. Cela nécessiterait probablement une chimiothérapie ou une radiothérapie; il serait donc plus sûr de développer le sperme cultivé en laboratoire et de l’utiliser pour la FIV.
Environ 1% des hommes souffrent d’azoospermie non obstructive. À l’heure actuelle, seule une petite fraction de ces cas peut être causée par des mutations génétiques spécifiques, mais cela représente encore beaucoup d’hommes dans le monde. Et il se peut que plusieurs autres cas – peut-être même la plupart – soient dus à des mutations non encore découvertes, dit Vij.

Une utilisation qui devrait être justifiée

Vij pense que l’utilisation de la modification du génome de la lignée germinale pour traiter l’infertilité serait justifiée. Mais la naissance de nombreux enfants CRISPR ouvrirait également la porte à d’autres utilisations, dit-elle.
Dans leur étude, l’équipe de Li a écrit qu’elle croyait que cette technique «jouerait un rôle clé dans l’obtention prochaine d’une progéniture humaine sans maladie génétique».
«C’est une pente glissante, non? Tout à coup, vous effectuez une énorme quantité de modifications génétiques, créant des bébés scientifiquement fabriqués », déclare Vij. « Une fois que vous êtes capable de faire cela, vous êtes capable de modifier plusieurs choses. »
Bien que l’édition du génome de la lignée germinale – la modification de l’ADN des ovules ou du sperme – soit souvent présentée comme un moyen de prévenir les maladies génétiques telles que la fibrose kystique, pratiquement toutes ces maladies peuvent déjà être prévenues en procédant au dépistage des embryons de la FIV avant leur implantation. et il n’y a que quelques exceptions.

Un exemple est celui d’un couple sourd

Par exemple, la seule chance pour certains couples sourds d’avoir des enfants qui entendent est de recourir à l’édition génétique pour corriger la mutation. En juillet, nous avions révélé qu’un biologiste en Russie avait découvert cinq couples sourds qui souhaitaient utiliser l’édition de gènes à cette fin.
Cette recherche a été publiée dans Stem Cell Research & Therapy.
Source : New Scientist
Crédit photo : Pixabay

CRISPR pourrait corriger une forme d'infertilité masculinemartinbiothechnologie
Des souris mâles avec une mutation qui les empêchaient de produire du sperme ont engendré une progéniture de manière naturelle après qu'une équipe en Chine ait corrigé leur infertilité par le biais de l'édition du génome CRISPR. Utiliser CRISPR contre l'infertilité masculine Cett technique pourrait un jour aider de nombreux hommes...